L'agenda

La dispute - Compagnie Zirlib - Mohamed El Khatib

Parce qu’ils sont les mieux placés pour en parler et pourtant les moins entendus, le metteur en scène Mohamed El Khatib invite les enfants de parents séparés à livrer leurs points de vue.Sur un plateau de Lego, six enfants regardent la salle. Bientôt, ils vont submerger le public de questions : « Vous avez hésité quand il a fallu choisir le lieu et le moment de l’annonce ? Vous pensiez que ça serait le pire moment de notre vie ? Vous vous êtes mis d’accord pour savoir lequel de vous deux allait nous le dire ? Vous vous êtes disputés, encore une fois, pour savoir qui allait nous le dire ? ».Façonnée par le prisme de l’enfance, cette nouvelle création livre une parole rare et précieuse sur un sujet de société universel.Le théâtre, chez Mohamed El Khatib, commence toujours par une rencontre. C’est un théâtre du réel, à la frontière du documentaire, à la fois geste social et sensible. Avec Moi, Corinne Dadat, il mettait en scène une femme de ménage, dans Stadium, il ouvrait le plateau à une cinquantaine de supporters du RC Lens, pour C’est la vie, il a demandé à deux comédiens de parler de la perte de leur enfant…Ici, il invite les enfants de parents séparés à livrer leurs témoignages sur le divorce. Un spectacle entre émotion, pudeur et espièglerie, porté par six enfants de huit ans.

Parce qu’ils sont les mieux placés pour en parler et pourtant les moins entendus, le metteur en scène Mohamed El Khatib invite les enfants de parents séparés à livrer leurs points de vue.

Sur un plateau de Lego, six enfants regardent la salle. Bientôt, ils vont submerger le public de questions : « Vous avez hésité quand il a fallu choisir le lieu et le moment de l’annonce ? Vous pensiez que ça serait le pire moment de notre vie ? Vous vous êtes mis d’accord pour savoir lequel de vous deux allait nous le dire ? Vous vous êtes disputés, encore une fois, pour savoir qui allait nous le dire ? ».

Façonnée par le prisme de l’enfance, cette nouvelle création livre une parole rare et précieuse sur un sujet de société universel.

Le théâtre, chez Mohamed El Khatib, commence toujours par une rencontre. C’est un théâtre du réel, à la frontière du documentaire, à la fois geste social et sensible. Avec Moi, Corinne Dadat, il mettait en scène une femme de ménage, dans Stadium, il ouvrait le plateau à une cinquantaine de supporters du RC Lens, pour C’est la vie, il a demandé à deux comédiens de parler de la perte de leur enfant…

Ici, il invite les enfants de parents séparés à livrer leurs témoignages sur le divorce. Un spectacle entre émotion, pudeur et espièglerie, porté par six enfants de huit ans.

16 avril 2021

Fase - A.-T. DE KEERSMAEKER

Créé en 1982, Fase, Four Movements To The Music Of Steve Reich est le premier spectacle de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker. Fase est composé de trois duos et d’un solo, tous chorégraphiés sur des œuvres de Steve Reich, le pionnier de la musique répétitive (ou « minimaliste ») américaine. De Keersmaeker se sert des structures musicales de Reich pour développer son propre langage gestuel. Danse et musique explorent le même principe structurant : le « décalage de phase » à l’intérieur du jeu des répétitions. Par légers glissements, infimes variations, des mouvements synchrones se mettent doucement à décaler, donnant naissance à un miroitement complexe de formes et de motifs en perpétuelle mutation.Dans le cadre du festival Tours d’Horizons 2021Pour la première fois dans la longue histoire de ce spectacle, Anne Teresa De Keersmaeker transmet la pièce qu’elle a toujours dansée elle-même à deux nouvelles danseuses.

Créé en 1982, Fase, Four Movements To The Music Of Steve Reich est le premier spectacle de la chorégraphe Anne Teresa De Keersmaeker. Fase est composé de trois duos et d’un solo, tous chorégraphiés sur des œuvres de Steve Reich, le pionnier de la musique répétitive (ou « minimaliste ») américaine. De Keersmaeker se sert des structures musicales de Reich pour développer son propre langage gestuel. Danse et musique explorent le même principe structurant : le « décalage de phase » à l’intérieur du jeu des répétitions. Par légers glissements, infimes variations, des mouvements synchrones se mettent doucement à décaler, donnant naissance à un miroitement complexe de formes et de motifs en perpétuelle mutation.

Dans le cadre du festival Tours d’Horizons 2021

Pour la première fois dans la longue histoire de ce spectacle, Anne Teresa De Keersmaeker transmet la pièce qu’elle a toujours dansée elle-même à deux nouvelles danseuses.

08 juin 2021