Le vigneron de Bourgueil obtient un sursis dans son combat avec la préfecture


vin_bourgueil.png

Le feuilleton opposant Sébastien David, vigneron à Saint-Nicolas-de-Bourgueil, et la préfecture d'Indre-et-Loire connaît un nouveau rebondissement. Les deux parties se sont rencontrées le 23 mai et la préfète, Corinne Orzechowski, a décidé de diligenter une contre-analyse.

Sébastien David obtient un nouveau sursis dans son combat avec la préfecture. Pour rappel, ce vigneron de Saint-Nicolas de Bourgueil devait détruire un lot de 2000 bouteilles de sa production. La raison : un taux d'acidité volatile supérieur à ce qu'impose la loi. Le produit était donc déclaré non-conforme. Le vigneron conteste ses résultats et fait mener trois contre-analyses. L'une confirme les tests de la répression des fraudes. Les autres ne décèlent rien d'anormal.

Une décision prise dans un souci d'apaisement

Face à cette situation, la préfète d'Indre-et-Loire a diligenté une contre-analyse. "Une décision prise dans un souci d'apaisement" nous explique-t-on via un communiqué. Les deux parties attendent maintenant les résultats de ce test pour trancher définitivement ce conflit. Si c’est favorable pour Sébastien David, Corinne Orzechowski suspendra son arrêté. En revanche, si les résultats de la préfecture sont confirmés, les deux parties doivent attendre l’arrêt du tribunal administratif d’Orléans où l’affaire est en cours de jugement. Si les juges déboutent Sébastien David, il aura un mois pour détruire le lot incriminé.