Gilets jaunes: levée du blocus à Brest, blocage maintenu à Lorient et appel des autorités à la raison


station_service_pompe_essence_diesel_gazole.jpg

Levée du blocage du dépôt pétrolier de Brest, maintien du blocage à Lorient, manques de carburant : les annonces du Premier ministre Édouard Philippe mardi ne sont pas parvenues à dissiper totalement la colère des "gilets jaunes" sur le terrain.

Au dépôt pétrolier de Lorient, bloqué depuis mardi dernier par des indépendants des travaux publics en soutien aux "gilets jaunes", les manifestants ont choisi de rester "intransigeants" en campant sur leur unique revendication: ils demandent le maintien du "gazole non routier" (GNR) pour les professionnels.

"On ne bouge pas pour le moment, on veut la suppression de l'article 19 concernant le gazole non routier" et non la simple suspension pour six mois, a déclaré à l'AFP Norbert Guillou, un des organisateurs du mouvement.

La mesure, qui figure dans l'article 19 du projet de loi de finances (PLF) devait supprimer le tarif réduit de taxe intérieure de consommation (TICPE) sur le GNR le 1er janvier 2019.

Au dépôt pétrolier de Brest, également bloqué depuis sept jours par des indépendants des travaux publics en gilets oranges, la revendication reste la même mais les manifestants ont salué "l'effort de l'État". "On juge satisfaisant le moratoire de six mois", a expliqué Julien Camblan, artisan-terrassier, en se disant prêt à "revenir" au bout de six mois si le tarif réduit du GNR est supprimé.

Conséquence : mardi matin, la pénurie des carburants commençait à gagner du terrain, notamment dans le Morbihan, après avoir démarré lundi dans le Finistère.

"Il n'y a pas d'arrêté de restriction pour le moment" mais "des stations-service sont en rupture" de carburant : une situation "principalement due à une surconsommation irrationnelle de carburant à la pompe", selon la préfecture qui appelle au "civisme et à la responsabilité de tous".

"Ne vous rendez aux stations-service qu'en cas de réel besoin (...) Ne faites pas de réserves de confort/précaution", écrit la préfecture dans un communiqué qui recense au moins une quinzaine de stations fermées."

Même son de cloche du côté de la préfecture de Nouvelle-Aquitaine qui annonce que  "la situation des stations services sur l’ensemble de la région ne laisse présager aucun risque de pénurie. En effet, les stocks sont suffisants dans les dépôts et l’approvisionnement de carburants fonctionne normalement"

À Lorient, le tribunal de commerce a examiné "des assignations de deux transporteurs" impliqués dans le blocage. L'audience a été renvoyée à mardi prochain.

En Loire-Atlantique, les "gilets jaunes" menaient des opérations de barrages filtrants notamment à Saint-Nazaire, à proximité du port et Donges, près de la raffinerie Total. Des rassemblements étaient organisés dans le département, notamment à Nantes.

Sur un barrage filtrant près de Nantes, les avis étaient partagés sur les annonces de Matignon. Joël Diot, brocanteur, soulignait une "avancée", "une ouverture" du Premier ministre, tandis que Sandy Mehat, jeune vendeuse, jugeait "très décevante" son intervention. Et appelait à manifester samedi prochain, "avec le moins de casse possible".

(Avec AFP)

Rédaction Alouette