Le Conseil d’Etat statue ce mercredi sur le projet éolien de Saint-Nazaire


eolienne_mer.jpg

Sept ans après la naissance de ce projet, le Conseil d’Etat doit statuer ce mercredi après-midi sur le recours déposé en septembre 2017 contre l’implantation de 80 éoliennes au large de Saint-Nazaire, plus précisément face à La Baule.

Le site retenu se situé à 12 kilomètres des côtes sur le banc rocheux de Guérande. Il s’agirait du premier parc éolien en France à être installé en mer. Décidé en avril 2012, il a fait l’objet, depuis, de multiples recours, d’abord devant le tribunal administratif de Nantes, puis devant la Cour administrative d’appel.

La localisation contestée

Ses opposants se concentrent dans la presqu’île de Guérande, avec Prosimar, l’association pour la protection du site et de l’environnement de Sainte-Marguerite à Pornichet, et le groupement des résidents secondaires de la Baule. « Ce qu’on conteste avant toute chose, c’est l’emplacement du projet sur le banc de Guérande qui est un banc de faible profondeur avec beaucoup de biodiversité. Ensuite, c’est à une distance telle que c’est une atteinte à l’horizon marin qui fait partie des atouts de l’activité touristique de la presqu’île de Guérande », affirme Alain Doré, président de la Prosimar.

Mais plus que ce projet en lui-même, c’est l’activité éolienne qu’Alain Doré conteste. « Soyons clair, on est contre tout ce qui est éolien qui ne sert à rien. Ces projets-là, s’ils servaient à quelque chose, on les soutiendrait. C’est une véritable escroquerie intellectuelle. On a de l’hydraulique comme renouvelable, du nucléaire qui fait du bas carbone. »

Mise en service en 2022 en cas de validation

Du côté des défenseurs, les pêcheurs approuvent le choix d’implanter les 80 éoliennes sur le banc de Guérande, préservant ainsi des zones de pêches importantes au large. D’autres associations environnementales Vert pays blanc et noir, Pen Kiriak et Decos sont également sur ce projet.

Si le Conseil d’Etat vient à valider le projet, il pourrait être mis en service en 2022. L’usine du constructeur d’éoliennes General Electric près de Saint-Nazaire est prête.