#NDDL le président du conseil départemental de la Vendée demande officiellement un référendum


L'idée d'organiser un référendum sur le projet de l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes ne peut qu'interpeller les élus locaux, et tout spécialement ceux du Grand Ouest : comment peut-on en effet passer outre les choix des élus, dont la légitimité démocratique ne peut être remise en cause ? Et comment peut-on faire comme si de très nombreuses décisions de justice n'avaient pas validé le projet en rejetant les recours intentés.

Au-delà du principe même de cette consultation, les modalités qui semblent prévaloir ne peuvent que nous interroger : car comment est-ce possible d'imaginer un seul instant que ce référendum puisse être réservé à la population de la Loire-Atlantique ? Envisager cette exclusivité sur un projet aussi structurant pour l'ensemble du Grand Ouest n'est pas sérieux.

Je demande donc au gouvernement, d'abord, de faire prévaloir les règles qui sont celles d'un Etat de droit : le référendum n'a pas d'utilité ; la ZAD doit être évacuée sans délai et les travaux doivent être lancés. J'appelle ensuite le gouvernement, s'il devait persister dans l'idée d'une consultation sur ce projet, à permettre à tous les départements concernés de se prononcer. Je rappelle enfin la position du département de la Vendée : oui au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Il va de soi qu'il devra être accompagné d'un nouveau franchissement sur la Loire. Yves AUVINET - Président du Conseil Départemental de la Vendée

Rédaction Alouette