L'info grand ouest

14/11/2017 18:00

Réalité virtuelle et montagne russe : le Futuroscope, parc à sensations ?

une_nouvelle_attraction_avec_sebastien_loeb.jpg

Un siège aux airs de simulateur, un casque de réalité virtuelle, et un scénario qui met l’accent sur l’action : le Futuroscope présente sa nouvelle attraction, « Sébastien Loeb Racing Xpérience ».  À découvrir au printemps 2018.

 

Ça ressemble à quoi ?

Pour sa nouvelle attraction, le Futuroscope a vu grand. En mettant d’abord en avant le nonuple champions du monde de rallye, Sébastien Loeb. Puis en investissant sur des technologies de pointe : un simulateur de pilotage dernier-cri et un casque de réalité virtuelle, la fameuse VR.

Installée dans le 360°, qui accueillait auparavant le Jeu le 8ème Continent, l’attraction propose au public de vivre une aventure en immersion totale avec le pilote français. Virages, accélérations, freinages, odeur de gasoil, vent, ronflement de moteur... tout y est ! Une expérience en 5D, où grâce à la VR, le public n’est plus seulement spectateur, mais devient acteur du scénario.

sebastien_loeb_racing_xperience.jpg
Sébastien Loeb Racing Xpérience | Communiqué du Futuroscope

Un roller-coaster pour 2019

Autre projet évoqué par le directeur du parc, celui d’un « roller-coaster » pour 2019 – autrement dit, une montagne russe. Une attraction à sensations à « la sauce Futuroscope » assure Dominique Hummel, qui proposera au spectateur de se mettre dans la peau d’un spationaute qui se prépare à décoller pour l’Espace... sensations garanties ! Mais rien à voir avec le Space Mountain de Disneyland Paris, ajoute Dominique Hummel.

 

Les 30 ans du parc, un tournant

Depuis quelques années, le Futuroscope a amorcé un tournant dans sa stratégie de développement.

Conscient de l’évolution des technologies, notamment dans le domaine de l’image, le directeur du Futuroscope, Dominique Hummel, affirme que la vocation du parc est désormais « d’amuser les spectateurs, tout en attisant leur curiosité ».

Exit donc les jeux de lumières vieillissants ou les images numériques passives... Le parc propose désormais un panel varié d’attractions, avec pour objectif de faire vivre une expérience au spectateur. Parmi ces nouvelles attractions à succès, L’Extraordinaire Voyage, inauguré l’année dernière, Les Lapins Crétins ou encore L’Âge de Glace. Le spectacle vivant aussi s’est fait une place, avec le show nocturne du parc, La Forge aux Etoiles, en partenariat avec le Cirque du Soleil.

Pour Dominique Hummel, si les méthodes ont changé, le Futuroscope reste fidèle à son identité : « faire rêver le public du futur ».

 

Sébastien Loeb et Thomas Pesquet : des stars au Futuroscope

L’autre tournant du parc dans sa stratégie de développement, c’est l’utilisation de figures populaires pour bâtir ses attractions.

À L’Extraordinaire Voyage, hommage à Jules Verne, succède donc la Sébastien Loeb Racing Xpérience, une attraction musclée, construite autour des talents du pilote de rallye.

Thomas Pesquet sera lui à l’affiche d’un film inédit en février, dans la salle du Kinémax, sur son aventure spatiale.

Dans un autre style, Les Lapins Crétins ou L’Age de Glace sont devenues des attractions incontournables du parc. Les personnages sont là aussi des figures connues du grand public – et notamment des plus jeunes.

« Nous sommes un outil qui permet à ces personnalité d’exprimer quelque chose » explique Dominique Hummel, évoquant un partenariat gagnant-gagnant.

Et la sauce prend : le nombre de visiteurs est en hausse constante. Pour les vacances de la Toussaint, le Futuroscope a accueilli 150 000 visiteurs... et espère dépasser la barre des 2 millions d’ici la fin de l’année.

Arnaud Laurenti