Rougeole : un premier décès cette année (Santé Publique France)


salle_hopital.jpg

Santé publique France annonce ce mercredi dans son bulletin hebdomadaire le décès d'une patiente qui avait contracté la rougeole. Elle a été victime de complications et a succombé à une encéphalite. 

L'agence sanitaire n'a pas souhaité donner de précisions sur le lieu et la date du décès afin de préserver l'anonymat de la patiente décédée.

En 2018, 3 personnes étaient décédées de la rougeole. Une femme de 32 ans Et depuis 11 ans, une vingtaine de personnes sont mortes de cette maladie très contagieuse qui peut causer des complications graves voire fatales (encéphalite, pneumonie, perte de vision).
Depuis le début de l'année,350 personnes au total ont été touchées par la rougeole, un chiffre en nette baisse par rapport à la même période l'an passé. 966 malades avaient été répertoriés.
100 patients ont dû être hospitalisés (dont 5 en réanimation) et pour 27 d'entre eux, la rougeole a provoqué des pneumopathies, une complication grave.

Santé publique France précise que "90% des cas sont survenus chez des sujets non ou mal vaccinés".

Ces dernières semaines, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Unicef ont tiré la sonnette d'alarme face à une augmentation du nombre de cas de rougeole à travers le monde.
Selon l'Unicef, 10 pays, dont le Brésil, l'Ukraine et la France, sont responsables de trois-quarts de la hausse totale des cas en 2018.

En France, le vaccin de la rougeole est désormais obligatoire. Une obligation pour les enfants nés après le 1er janvier 2018. Auparavant il faisait partie des vaccins recommandés.
Une première injection est faite aux 12 mois de l'enfant, suivie d'une seconde entre 16 et 18 mois.

En février 2018, une mère de famille de 32 ans était décédée des suites de la rougeole. Elle avait contracté la maladie alors qu’elle se rendait au CHU pour faire hospitaliser son père.
La jeune femme n'était pas vaccinée.