Tours: le procès de la "Madoff du Chinonais" débute aujourd'hui


tribunal.jpg

Après de multiples renvois, le procès de Sylviane Hamon, surnommée "la Madoff du Chinonais", va se tenir à partir d'aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Tours. Il va durer trois jours. 

C'est l'un des procès les plus attendus de l'année en Touraine. Sylviane Hamon va comparaître à partir d'aujourd'hui devant le tribunal correctionnel de Tours pour avoir floué une cinquantaine de personnes. 

L'affaire avait éclaté en 2011, mais elle n'est jugée que maintenant pour plusieurs raisons. D'une part, l'instruction a pris du temps, en raison du caractère particulièrement volumineux du dossier. 

D'autre part, cette affaire comporte plusieurs volets. L'un concerne les banques et l'autre les victimes. Or, si le volet bancaire est clos depuis déjà de nombreux mois, celui touchant les particuliers floués a pris plus de temps. 

Le Parquet ne souhaitant pas disjoindre les deux dossiers, le procès avait été plusieurs fois renvoyé. Il devait se tenir en février dernier, mais le tribunal avait décidé d'un nouveau renvoi en raison, cette fois, des travaux qui ont été entrepris dans le palais de justice. 

3 millions d'euros 

Pour rappel, Sylviane Hamon, ex-employée à la BNP de Saumur puis de Bourgueil, et ancienne conseillère municipale de la commune de Benais, où elle résidait, est soupçonnée d'avoir fait miroiter des placements juteux, pouvant rapporter jusqu'à 30 %. 

Elle avait fait croire à son entourage qu'elle travaillait dans un société de crédit depuis son licenciement de la BNP en 2007. 

En réalité, Sylviane Hamon avait mis en place une escroquerie de type pyramidal, sur le modèle de l'américain Bernard Madoff : les "interêts" versés aux premiers investisseurs étaient en fait payés avec l'argent investis par les nouveaux arrivants. 

Celle qui a été surnommée "la Madoff du chinonais" aurait ainsi soutiré près de trois millions d'euros.

Quel avenir pour les victimes? 

Ses proies étaient ses voisins, ses amis, mais aussi des membres de sa famille et de sa belle famille

Une cinquantaine de victimes ont été recensées, mais seule une partie a souhaité se porter partie civile lors de ce procès. 

Des victimes qui ont peu de chances de récupérer les sommes, parfois très importantes, perdues dans cette escroquerie. 

La procédure d'indemnisation s'annonce longue. 

Mais ce procès sera aussi l'occasion pour les personnes flouées de comprendre comment elles ont pu en arriver à confier tout ou partie de leurs économies à Sylviane Hamon.