Covid-19 : vers la fin du masque en intérieur à la mi-mars

16 février 2022 à 9h58 par Arnaud Laurenti

La fin de l'obligation du masque intérieur pourrait concerner les transports et le lieu de travail notamment.

Covid-19 : vers la fin du masque en intérieur à la mi-mars
Crédit: Pexels

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a envisagé mercredi la fin du port du masque en intérieur pour les adultes et les enfants "à la mi-mars", ainsi qu'un allègement du pass vaccinal à cette date, si la circulation du virus est "très faible".

"À la mi-mars, si les hôpitaux sont en état normal de fonctionnement, et si la circulation du virus est très faible, nous pourrons enlever les masques pour les adultes et pour les enfants, pour tout ou partie des lieux fermés, y compris sans pass", a déclaré Olivier Véran, interrogé sur une radio de service public.

"Nous pourrons commencer à alléger fortement le dispositif du pass vaccinal, peut-être pas tout en bloc, peut-être qu'on gardera des mesures pour la fin mars début avril", a-t-il poursuivi.

Le ministre a envisagé la perspective de "conserver (le masque) dans les endroits qui sont très à risque, comme par exemple les discothèques, et là ce serait jusque fin mars, début avril".

 

Des chiffres en baisse

Le Covid-19 "n'est pas derrière nous mais ça s'améliore nettement partout (...), donc c'est une nouvelle rassurante", s'est félicité le ministre, rappelant toutefois qu'"il y a encore beaucoup de malades à l'hôpital, en réanimation et encore beaucoup trop de morts au quotidien".

Selon les chiffres officiels diffusés mardi soir, le nombre de personnes hospitalisées s'élève à 31 091, les services de soins critiques comptent 3 235 malades, et 304 personnes sont mortes à l'hôpital avec un diagnostic Covid en 24 heures.

"La dynamique de circulation du virus s'affaiblit très fort et si on continue sur cette dynamique-là, on pourra sortir totalement de la vague d'ici à quelques semaines", a affirmé Olivier Véran. Selon lui, "la stratégie d'allègements progressifs proportionnée à la charge virale était la bonne".

Interrogé sur la faible vaccination des enfants en France (4,4% des 5-11 ans avaient reçu au moins une injection au 8 février), le ministre a assuré qu'il ne s'agissait "pas d'échec".

"Je prends mon bâton de pèlerin (...) pour dire et redire aux parents que vacciner son enfant, c'est ne pas prendre le risque qu'il fasse partie de ces centaines d'enfants qui sont hospitalisés pour une forme grave de Covid", a dit Olivier Véran.

"On atteint jusqu'à 500 enfants hospitalisés sur une semaine", a-t-il détaillé.

Le ministre a aussi regretté que "30% des femmes enceintes" ne soient pas vaccinées. "Si une femme enceinte n'est pas vaccinée, le risque d'accouchement prématuré est multiplié par 20", a-t-il souligné.

 

(avec AFP)