L'EMA annonce le lancement de l'examen accéléré de la pilule anti-Covid de Merck

25 octobre 2021 à 14h45 par Arnaud Laurenti

L'Agence européenne des médicaments a annoncé ce lundi le lancement de l'examen accéléré de la pilule contre le Covid-19 du laboratoire américain Merck, un remède facile à administrer appelé à devenir un outil crucial dans la lutte contre la pandémie, car complémentaire des vaccins.

Pilule
Crédit: Unsplash

"Le comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l'EMA a lancé un examen continu du médicament antiviral oral molnupiravir (...) développé par Merck (...) pour le traitement du Covid-19 chez les adultes", ce qui permet d'accélérer la procédure, a déclaré dans un communiqué le régulateur européen installé à Amsterdam.

Cette étape, ouvrant la voie à une éventuelle prochaine demande d'autorisation dans l'Union européenne du traitement pris par comprimés, survient deux semaines après que Merck a demandé une autorisation en urgence aux États-Unis de ce médicament.

 

Les antiviraux comme le molnupiravir agissent en diminuant la capacité d'un virus à se répliquer, freinant ainsi la maladie.

Donné à des patients dans les quelques jours suivant un test positif, le traitement réduit par deux les risques d'hospitalisation, selon un essai clinique mené par Merck.

 

Réduire le nombre de formes graves

Les résultats préliminaires d'études de laboratoire et d'études cliniques "suggèrent que le médicament peut réduire la capacité du SARS-CoV-2 (...) à se multiplier dans le corps, empêchant ainsi l'hospitalisation ou le décès chez les patients atteints du Covid-19", a précisé l'EMA.

L'EMA évaluera la conformité du molnupiravir aux normes européennes habituelles en matière d'efficacité, de sécurité et de qualité.

Un examen continu est un outil réglementaire que le régulateur européen utilise pour accélérer l'évaluation d'un médicament ou d'un vaccin prometteur lors d'une urgence de santé publique.

S'il est approuvé, le molnupiravir représenterait ainsi une avancée majeure en permettant de réduire assez facilement les formes graves de la maladie.

Ce type de traitement pour traiter le coronavirus, qui peut être pris chez soi avec un verre d'eau, est recherché depuis le début de la pandémie.

L'annonce de Merck aux Etats-Unis il y a deux semaines avait été saluée comme une étape majeure vers cet objectif.

Mais les experts ont averti que ce traitement ne constituait pas un remède miracle et qu'il devrait compléter les vaccins, pas les remplacer.

Merck est également en train de mener un essai clinique distinct pour une seconde utilisation du traitement, à titre préventif pour les personnes ayant été en contact rapproché avec le virus pour ne pas la développer.

 

(avec AFP)