Le gouvernement annonce un plan de contrôle des Ehpad en deux ans

8 mars 2022 à 16h18 par Arnaud Laurenti

7 500 Ehpad vont être passés au crible.

Le gouvernement annonce un plan de contrôle des Ehpad en deux ans
Crédit: Pixabay

Le gouvernement a annoncé mardi un "vaste plan de contrôle" des 7 500 Ehpad "en deux ans" pour prévenir les maltraitances, dans le sillage du scandale créé par la publication du livre-enquête Les Fossoyeurs.

"Il commencera par les Ehpad qui ont été signalés et sera accompagné d'un renforcement pérenne et significatif des moyens humains des agences régionales de santé (ARS) dédiés aux contrôles", a annoncé le secrétariat d'Etat à l'Autonomie dans un communiqué.

La vague de contrôles de tous les établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes, privés, associatifs et publics, s'inscrit dans un panel de mesures annoncées par le gouvernement au terme d'une consultation lancée par la ministre déléguée chargée de l'Autonomie Brigitte Bourguignon, après la publication du livre-enquête de Victor Castanet sur "le système Orpea", le géant des maisons de retraite privées.

 

Une plateforme en ligne pour signaler des cas de maltraitance

Ces contrôles concerneront "la prévention des effets de la maltraitance", la "qualité de l'accompagnement" et s'accompagne d'"un contrôle financier accru" par la chambre régionale des comptes, selon l'entourage du ministre de la Santé Olivier Véran.

Une plateforme en ligne sera créée pour les signalements de maltraitance par les familles et les professionnels. Le 3977, numéro national dédié à la lutte contre les maltraitances envers les personnes âgées, va bénéficier d'un million d'euros supplémentaires.

Le gouvernement a aussi annoncé la publication chaque année de dix indicateurs clés permettant aux familles d'évaluer et de comparer les Ehpad (incluant par exemple le taux d'encadrement, le budget quotidien pour les repas par personne, la présence d'une infirmière de nuit et d'un médecin coordonnateur, les partenariats avec un réseau de santé...).

Il veut rendre obligatoires des enquêtes de satisfaction qui seront affichées dans chaque établissement.

 

(avec AFP)