Macron lance lundi les Etats généraux de la justice à Poitiers

14 octobre 2021 à 14h26 par Arnaud Laurenti

Emmanuel Macron est attendu lundi à Poitiers pour lancer les Etats généraux de la justice, qu'il avait annoncés en juin en pleine polémique sur l'état de l'institution judiciaire, a annoncé jeudi l'Elysée.

Emmanuel Macron 2030
Crédit: Capture écran | Facebook

Accompagné du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti, le chef de l'Etat prononcera un discours sur la justice au Palais des congrès, où il échangera avec "des citoyens, des étudiants en droit, des élus, des professionnels de la justice de toute la France (juges, procureurs, greffiers, avocats, notaires, huissiers, éducateurs...) et des forces de sécurité intérieure", a précisé la présidence.

Ces États généraux "ont pour ambition de dresser un état de la situation de la justice et de formuler des propositions concrètes pour la mettre au centre du débat démocratique", a expliqué l'Elysée. "Des rencontres et des consultations des usagers de la justice auront lieu dans toute la France à cette occasion" sous la supervisation d'un comité des Etats généraux de la Justice "qui sera indépendant".

 

Le 5 juin, Emmanuel Macron avait annoncé l'organisation de cette consultation après avoir reçu, à leur demande, Chantal Arens, la première présidente de la Cour de Cassation, et François Molins, le procureur général de la Cour de Cassation.

Les deux hauts magistrats avaient alors expliqué avoir voulu "tirer un signal d'alarme" face aux "mises en cause systématiques de la justice", critiquée pour sa lenteur et son laxisme supposés par des syndicats de police et des responsables politiques, en particulier du Rassemblement national et des Républicains.

Le 19 mai, des dizaines de milliers de policiers avaient manifesté devant l'Assemblée nationale, en présence notamment du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, et de nombreux élus LR et RN, mais aussi d'élus de gauche, tels par exemple la maire PS de Paris Anne Hidalgo, ou l'eurodéputé EELV Yannick Jadot, tous deux candidats à la présidentielle.

 

(avec AFP)