Alstom: les débrayages continuent sur cinq sites en France

25 avril 2015 à 7h41 par Rédaction Alouette

<p>Des débrayages, accompagnés selon la CGT de blocages, ont été menés vendredi encore par plusieurs centaines de salariés sur cinq sites Alstom Transport pour réclamer une hausse plus conséquente des salaires en 2015.</p>

ALOUETTE

Des d�brayages, accompagn�s selon la CGT de blocages, ont �t� men�s vendredi encore par plusieurs centaines de salari�s sur cinq sites Alstom Transport pour r�clamer une hausse plus cons�quente des salaires en 2015.

Depuis lundi et la fin annonc�e par la direction des n�gociations annuelles obligatoires sur les salaires, des salari�s ont fait ponctuellement gr�ve � l'appel de la CGT, FO et la CFDT sur une demi-douzaine de sites, soit la moiti� des implantations de la branche de transports d'Alstom.

Les syndicats r�clament la relance des n�gociations. Sur ce point, "la direction a dit qu'elle nous donnerait lundi une r�ponse", a affirm� vendredi Daniel Dreger (CGT). Interrog�e par l'AFP, la direction "ne confirme pas la date".

Vendredi, le mouvement de grogne �tait observ� par plusieurs centaines de salari�s encore � La Rochelle, Tarbes, Valenciennes, Ornans (Doubs) et Le Creusot (Sa�ne-et-Loire), selon l'entreprise, qui �voque des "rassemblements de 50 � 150 personnes" selon les sites.

Au total, le mouvement concerne "5 � 7% des effectifs d'Alstom Transport", a soulign� une porte-parole.

Selon M. Dreger, le repr�sentant CGT, "�a se durcit, les cinq sites sont bloqu�s, les camions ne passent pas et l'usine de Valenciennes a �t� ferm�e".

Une version contest�e par la direction selon laquelle "il n'y pas partout des blocages de camions". "Tous les ateliers de production continuent � fonctionner et sur tous les sites, l'acc�s est possible pour les salari�s", a pr�cis� la porte-parole.

A S�m�ac (Hautes-Pyr�n�es), dans la banlieue de Tarbes, les exp�ditions �taient bloqu�es dans la matin�e, selon Chantal Artigue (CGT). Les gr�vistes d�noncent "le fait que les salari�s doivent faire des sacrifices dans une situation soi-disant difficile alors que le PDG (Patrick Kron, ndlr) a obtenu 4 millions d'euros de prime et que les 2.000 plus hauts cadres du groupe se partagent 60 millions d'euros": "une situation totalement ind�cente", a ajout� la syndicaliste.

Pour 2015, l'entreprise a propos� 1% d'augmentation g�n�rale, avec un minimum de 25 euros par mois. Elle expliquait mardi � l'AFP avoir tenu "compte de la tr�s faible inflation et d'un contexte tr�s concurrentiel".

La CGT et FO r�clament une hausse de 3,4%, "comme ce qu'a donn� Alstom aux salari�s en Allemagne".

shu-lbx/bow/phc

 

 

(AFP)