Attaque à la préfecture de police de Paris : après le choc, le recueillement

7 octobre 2019 à 6h17 par Alexandrine DOUET

Emmanuel Macron rendra hommage aux quatre fonctionnaires tués la semaine dernière lors d’une cérémonie prévue ce mardi à 11 heures à la préfecture.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Hommage sur fond de polémique

L’Elysée doit donner ce lundi après-midi plus de détails sur le déroulement de cet hommage.

Jeudi dernier,  quatre fonctionnaires de la préfecture de police de Paris ont été tués au couteau par l'un de leurs collègues. L’assaillant âgé de 45 ans a lui été abattu par les forces de l’ordre.
Selon le procureur antiterroriste, le quadragénaire « aurait adhéré à une vision radicale de l’islam ». Il était a priori en contact avec des personnes appartenant à la « mouvance islamiste salafiste ».
Il travaillait depuis 2003 à la Direction du renseignement de la préfecture de police de Paris (DRPP).

Le ministre de l’intérieur est aujourd’hui au cœur d’une polémique.
Certains réclament sa démission. La droite et l’extrême droite demandent une enquête parlementaire pour faire toute la lumière sur la tuerie.
Après l’attaque, Christophe Castaner avait écarté la thèse de l’acte terroriste et déclaré que l’auteur de l’attaque « n’avait jamais présenté de difficultés comportementales », ni « le moindre signe d’alerte ».

Hier soir dans le 20h de TF1, le ministre déjà mis sous pression après la crise des gilets jaunes, ou encore l’affaire Steve Caniço à Nantes, a reconnu des failles et dysfonctionnements politiques, mais a exclu de démissionner.

De son côté, le Premier Ministre Edouard Philippe est de nouveau monté au front ce week-end pour renouveler sa confiance à Christophe Castaner, qui devra s’expliquer cette semaine sur cette affaire devant les membres de la délégation parlementaire au renseignement.