Bretagne : Brest s’équipe de vélos électriques en libre-service

17 juin 2021 à 11h02 par Marie PIRIOU

Du nouveau à Brest (29) avec VéloZef, des vélos électriques en libre-service. Ils ont été présentés ce mercredi par Bibus.

ALOUETTE
Crédit: Alouette

L’arrivée de vélos électriques en libre-service à Brest ! Le service VéloZef a été présenté ce mercredi 17 juin par Bibus, le réseau de transport de Brest métropole. 90 vélos au total sont disponibles dans un premier temps. Nous avons rencontré Paul Gardey de Soos, directeur de Bibus.

Pouvez-vous nous présenter VéloZef ?

VéloZef, c’est notre service de vélos électriques en libre-service. On a des bus, on a des tramways, on a le téléphérique, on a des Vélocibus : la location de vélo longue durée. Mais on n’avait pas ce service-là pour les Brestois. Ces vélos électriques en libre-service, qu’on peut prendre facilement et sans réservation, vont permettre de pouvoir faire des déplacements complémentaires au réseau du transport public.

Quel est le but de VéloZef ?

Le but, c’est d’avoir un peu partout dans la métropole, à terme, des vélos électriques disponibles pour pouvoir faire le dernier kilomètre entre la station de bus ou la station de tramway et chez soi. Le soir, au lieu d'attendre 20 minutes que le bus arrive, c’est de pouvoir remonter du port jusqu’au centre-ville avec l’un de ces vélos électriques. Tout ça en respectant encore mieux l’environnement.

Quelles sont les spécificités de ces vélos électriques ?

Ce sont des vélos électriques avec une grande autonomie et qui sont très robustes. Ils sont connectés, avec un GPS et une puce 3G, pour permettre de les identifier et de savoir où en est la consommation de la batterie. Ils sont disponibles à des hubs : des stations un petit peu particulières dans Brest. On les prend et on les dépose dans d’autres stations au niveau d’arceaux spécifiques.

thumbnail_image (4).jpg (376 KB)

Comment faire pour utiliser ce nouveau service ?

On invite toutes celles et ceux qui souhaitent utiliser ce nouveau service à télécharger l’application Donkey Republic. Une fois que vous avez téléchargé cette application, vous avez la carte pour savoir où se situent tous les vélos disponibles à la location. Depuis cette application, vous pouvez payer et profiter du vélo électrique pendant le temps que vous voulez. Après utilisation, il vous suffit de le déposer à une autre station.

Quels sont les tarifs ?

Ce sont des tarifs un peu comme les parkings, c’est-à-dire que c’est par paliers. Les premières 15 minutes sont à 80 centimes, pour une demi-heure, c’est 1 euro 60… On augmente comme ça au fur et à mesure. Tous ces tarifs sont disponibles sur l’application Donkey Republic et sur le site internet Bibus. Il y a aussi un abondement, c’est-à-dire qu’on peut mettre 20, 30 ou 40 euros dans le portefeuille de l’application, cela permet d’augmenter encore un petit peu plus le nombre de minutes qu’on peut utiliser sur ces vélos.

Pensez-vous que VéloZef va rencontrer son public ?

Ça correspond bien à un type de mobilité qui aujourd’hui était plutôt mal couvert. On est sur quelque chose d’assez discret, on est sur 90 vélos électriques. Pour une métropole de la taille de Brest, il en faudrait peut-être 500 ou 1 000. Là, on est sur une expérimentation d’un an. On fera le bilan de cette expérimentation l’été prochain pour voir s’il y a besoin d’augmenter le nombre de vélos et le nombre de stations. Tout ça va vite évoluer dans les semaines et dans les mois qui viennent.

(Entretien retranscrit par Mikaël Le Gac)