Charentais retrouvé mort en Dordogne : deux hommes écroués

10 décembre 2020 à 10h22 par Arnaud Laurenti

Deux suspects de 27 et 23 ans ont été mis en examen à Périgueux et incarcérés pour enlèvement, séquestration et assassinat, dans l'enquête sur le meurtre d'un homme de 28 ans tué d'une balle dans la nuque, sur fond de différend sentimental, a-t-on appris jeudi de source judiciaire.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Le corps sans vie de la victime de 28 ans, Teddy Ledoux, avait été découvert dimanche matin sur la commune de Bussière-Badil (Dordogne), à une dizaine de kilomètres du lieu de son enlèvement, dans le département voisin de la Charente.

Un tir dans la nuque

L'enquête menée par les gendarmes de la Brigade de Recherches de Nontron, avec la Section de recherches de Bordeaux, a révélé que la victime "présentait une plaie par balle à la nuque ainsi que plusieurs traces de violences", a indiqué le parquet de Périgueux.

D'après les constatations, "il avait été tenté de dissimuler le corps par des branchages et d'y mettre le feu".

Selon des sources proches du dossier, l'homme a été enlevé samedi soir dans un logement du centre de Montbron, un petit village charentais, puis séquestré dans un local avant d'être abattu, après avoir été dénudé, dans un bois, en Dordogne.

Les deux suspects auraient alors tenté de le faire brûler, mais le cadavre ne s'est pas consumé entièrement.

Au petit matin, les auteurs présumés sont ensuite revenus dans l'appartement où la victime avait été enlevée, couverts de boue, en demandant à la locataire des lieux, qui l'hébergeait, de laver leurs affaires.

Ils ont finalement été interpellés lundi, à Montbron, par les gendarmes, avec le renfort du GIGN.

Un motif sentimental

Le mobile de cet homicide serait sentimental. Selon l'entourage de la victime, l'auteur du coup de feu n'aurait pas supporté que Teddy Ledoux s'interpose entre lui et cette femme, avec qui il aurait voulu avoir des relations.

Me Chems-Eddine Belkaïd, l'avocat du principal suspect, soupçonné d'avoir tiré le coup fatal, précise que son client "coopère avec la justice", sans dire s'il reconnaît les faits. Quant au conseil du second mis en examen, Me Pierre Daniel-Lamazière, il conteste le fait que son client ait assassiné la victime.

La locataire de l'appartement où a été enlevé Teddy Ledoux a quant à elle été mise en examen pour "omission d'empêcher la commission d'un crime" et laissée libre sous contrôle judiciaire conformément aux réquisitions du parquet. "À aucun moment elle n'a eu connaissance de façon certaine qu'ils avaient l'intention de le tuer", assure Me Véronique Chabrier, son avocate, soulignant que "la victime était son meilleur ami", et sa cliente "terrifiée".

"Ils étaient ivres et elle a eu peur pour son enfant qui était sur place. Le cocktail alcool et produits stupéfiants a entraîné une perte de contrôle totale", a ajouté l'avocate.

(avec AFP)