Charente-Maritime: enquête après la disparition d'un baigneur de 10 ans à l'Ile d'Oléron

6 août 2016 à 9h06 par Rédaction Alouette

<p>Le Parquet de La Rochelle a ouvert une enquête après la disparition d'un garçon de 10 ans au moment de la baignade, vendredi après-midi sur une plage de l'île d'Oléron (Charente-Maritime), après que les recherches en mer sont restées infructueuses, ont indiqué samedi le Parquet et les services de sauvetage en mer.</p>

ALOUETTE

Le Parquet de La Rochelle a ouvert une enqu�te apr�s la disparition d'un gar�on de 10 ans au moment de la baignade, vendredi apr�s-midi sur une plage de l'�le d'Ol�ron (Charente-Maritime), apr�s que les recherches en mer sont rest�es infructueuses, ont indiqu� samedi le Parquet et les services de sauvetage en mer.

"Nous ouvrons une enqu�te pour comprendre ce qui s'est pass� et la premi�re piste sur laquelle nous enqu�tons est un accident de baignade", a pr�cis� � l'AFP le procureur de la R�publique de La Rochelle, Isabelle Pagenelle.

Le jeune gar�on �tait en colonie de vacances, venant de Bobigny (Seine Saint-Denis) et se baignait avec ses camarades sur la plage de Gatseau, au sud de l'�le d'Ol�ron, lorsqu'il a disparu dans l'eau, ont rapport� sans autre commentaire les pompiers de Charente-Maritime et la gendarmerie de Rochefort (Charente-Maritime).

D�s vendredi apr�s-midi vers 16h00, le Centre R�gional Op�rationnel de Surveillance et de Sauvetage (CROSS), charg� de coordonner les secours, avait engag� d'importants moyens a�riens et nautiques pour retrouver l'enfant: deux h�licopt�res de la s�curit� civile et de la marine nationale, deux vedettes et une embarcation des pompiers. Des patrouilles terrestres ont �galement �t� effectu�es par la gendarmerie, a-t-on pr�cis� au CROSS.

Les recherches des plongeurs des pompiers, puis des h�licopt�res qui ont poursuivi les recherches en mer toute la nuit "sont rest�es infructueuses", a-t-on appris samedi matin aupr�s des pompiers et du CROSS.

Vendredi en fin d'apr�s-midi, une �quipe du SMUR (Structure Mobile d'Urgence et de R�animation) a �t� d�p�ch�e sur place pour apporter un soutien psychologique, aux enfants et moniteurs de la colonie de vacances, a-t-on �galement pr�cis� de m�mes sources.

rhl/pfe/DS

 

 

(AFP)