Charente-Maritime : la députée Frédérique Tuffnell claque la porte du groupe LREM

6 février 2020 à 15h32 par Arnaud Laurenti

La députée de Charente-Maritime Frédérique Tuffnell a annoncé jeudi sa décision de quitter le mouvement et le groupe majoritaire invoquant notamment son refus de "creuser davantage le fossé" créé par la réforme des retraites entre les Français et la majorité.

ALOUETTE
Crédit: Wikimedia Commons

Cette cadre de 63 ans, qui siège à la commission du Développement durable, a expliqué à l'AFP avoir "vraiment porté" la campagne d'Emmanuel Macron, mais dit avoir atteint un "point de non-retour".

Une "grande frustration"

Dans un message adressé au chef de file des "marcheurs" Gilles Le Gendre et consulté par l'AFP, cette ancienne élue locale fait état d'une décision "pleinement mûrie" qui résulte de "plusieurs constats". Elle estime que "la volonté de réforme et la vitesse imposée" ont "pris le pas sur la capacité d'écoute du gouvernement et la concertation avec les Français".

Elle dit aussi vivre "une grande frustration du fait du manque d'appétence du groupe pour les sujets environnementaux". Tout en disant rester "fidèle à l'esprit de la campagne d'Emmanuel Macron", l'élue ne croit plus en sa capacité de "faire bouger les lignes de l'intérieur". "La quantité d'investissement pour obtenir une minuscule victoire, me conduit à un sentiment de lassitude et d'inutilité", dit-elle.

La députée siègera dans un premier temps chez les non-inscrits.

Une majorité qui s'effrite

Avec ce nouveau départ, les effectifs du groupe LREM tombent à 300 membres et apparentés à l'Assemblée contre 314 en 2017 (en comptant le président de l'Assemblée Richard Ferrand), alors que la majorité absolue est à 289 sièges.

Le groupe macroniste a prononcé trois exclusions depuis le début de la législature, dont récemment celle de Sabine Thillaye, et enregistré une dizaine de départs volontaires, sur fond de conflits sur la ligne de LREM ou de désaccord pour les municipales. S'y ajoutent plusieurs passages de membres à part entière à apparentés, dont trois en janvier.

Comme trois autres élus en janvier, le député de Seine-Maritime Xavier Batut a lui fait ce choix de se mettre "en retrait" du mouvement La République en marche. Dans un communiqué, il évoque la situation locale dans son département et estime à l'approche des élections municipales que le "renouvellement promis n'est pas au rendez-vous".

LREM reproduit "le fonctionnement des autres partis politiques", dit cet élu, plaidant pour "moins de verticalité".

(avec AFP)