Charente-Maritime : le prénom Julía devant la justice

22 octobre 2019 à 9h05 par Fabienne Lacroix

Une mère de famille de l’île d’Oléron veut appeler sa fille Julía, avec un accent aigu sur le "i". Une écriture refusée par l’état civil.

ALOUETTE
Julía ou Julia ? La justice va devoir trancher.

C’est le journal Sud-Ouest qui rapporte cette histoire dans son édition du 22 octobre.

Une petite fille est née récemment dans l’ambulance du Samu, entre Marennes et Rochefort. Sa mère voulait l’appeler Julía, avec un accent aigu sur le « i ». Une particularité régionale que le médecin valide sur la déclaration de naissance, de même que les secrétaires de la maternité.

En revanche, l’officier de l’état civil de Rochefort s’y oppose. Pour appuyer son argumentaire, le fonctionnaire se base sur deux circulaires du ministère de la Justice, datant de 2011 et 2014 et encadrant les signes dans les prénoms. Il est ainsi précisé que l’accent aigu n’est possible que sur le « e », et pas sur le « i ».

Recours en justice

La maman, qui tient à conserver l’accent aigu, va déposer, comme la loi l’y autorise, un recours auprès du procureur de la République.

Selon elle, d’autres prénoms ont été acceptés avec un accent aigu sur le « i », comme par exemple la petite Mía, née en 2018 dans le Loiret.

De son côté, la cour de cassation avait finalement validé le 17 octobre dernier l'écriture du prénom breton Fañch avec un tilde sur le « n ».