Christiane Lambert réélue à la tête de la FNSEA

1er juillet 2020 à 13h02 par Fabienne Lacroix

La présidente de la FNSEA, Christiane Lambert, a annoncé mercredi sa réélection à la tête du syndicat agricole majoritaire, lors d'une conférence de presse.

ALOUETTE
Christiane Lambert lors de la conférence de presse ce mercredi.
Crédit: Twitter | La FNSEA

Installée depuis 1989 dans le Maine-et-Loire, à Bouillé-Ménard, Christiane Lambert vient d'être réélue ce mercredi présidente de la FNSEA.

Eleveuse de porcs aux côtés de son époux, cette mère de famille de trois enfants occupe ce poste depuis le 13 avril 2017, devenant ainsi la première femme à la tête du premier syndicat agricole français. Elle avait remplacé Xavier Beulin, décédé soudainement en février 2017.

"Aujourd'hui a eu lieu l'élection du bureau, des vice-présidents et des secrétaires généraux de la FNSEA. Nous avons l'honneur et le plaisir d'avoir été réélus avec Jérôme Despey", secrétaire général de la FNSEA, a déclaré Mme Lambert, lors d'un point presse dans les locaux de la MSA (sécurité sociale agricole).

Un choix hautement symbolique, deux jours après la validation définitive par le Parlement de la proposition de loi permettant une revalorisation des retraites des agriculteurs de 75 à 85% du Smic.

Mettre le pied dans la porte

Christiane Lambert a estimé que ce mandat démarrait sur une "opportunité" après que l'épidémie du Covid-19 a mis en avant le travail des agriculteurs. "Tout d'un coup, les invisibles sont devenus visibles."

Évoquant un "retournement de tendance alors que l'agriculture était souvent critiquée et mise sur la sellette", elle a estimé qu'elle avait été "réhabilitée, considérée voire plébiscitée".

"Nous voulons mettre le pied dans la porte", a-t-elle ajouté, redoutant un retour en arrière au sommet de l'Etat, après le discours du 12 mars du président Macron sur la souveraineté alimentaire.

"N'importons pas l'alimentation que nous ne voulons pas chez nous", a-t-elle ainsi répété, au sujet des accords de commerce internationaux.

"Il faudra produire de façon durable mais il faudra produire", a ajouté Christiane Lambert, en évoquant les élections municipales : "les signaux verts, l'agriculture les a entendus il y a pas mal de temps."

"C'est avec un esprit de conquête que nous allons engager ce mandat de trois ans", a-t-elle ajouté, souhaitant le maintien d'un ministère de plein exercice pour l'agriculture, l'alimentation et les industries agro-alimentaires, alors qu'un remaniement est attendu dans les prochains jours.

Christiane Lambert a indiqué avoir été sollicitée pour prendre la tête du syndicat européen Copa-Cogeca, dont les élections sont prévues en septembre.

"Jusqu'au dernier jour, il peut y avoir d'autres candidats. J'ai été la seule sollicitée, mais d'autres y pensent en se rasant le matin, parce que ce sont des hommes", a-t-elle plaisanté.

(avec AFP)