Covid19 : l'appel à la prudence en Nouvelle Aquitaine

30 mars 2021 à 10h15 par Thierry Matonnat

La région Nouvelle Aquitaine reste l’une des région de France la moins impactée par le Covid-19 avec un taux d’incidence en dessous de la barre des 200 cas pour 100.000 habitants. Mais l’Agence Régionale de Santé de Nouvelle Aquitaine et la préfecture de région alertent sur un risque de flambée épidémique en raison du développement rapide des variants.

ALOUETTE
Crédit: Archives | Alouette

Si la situation sanitaire en Nouvelle-Aquitaine est moins critique que dans d’autres régions, elle fait néanmoins face ces derniers jours à une importante déterioration de ses indicateurs. La préfecture de région et l'ARS Nouvelle Aquitaine appellent à la prudence et au civisme dans un communiqué.

Plus Fragile

Freiner le virus apparaît d’autant plus urgent que la population néo-aquitaine est moins immunisée, et donc plus fragile, que celles des régions où la Covid-19 a davantage circulé. Le risque de flambée épidémique y est par conséquent plus important, surtout que la diffusion de variants plus contagieux progresse.

Disparité entre départements

Le taux d’incidence régional a fortement augmenté en l’espace de quelques jours seulement, passant de 170,5/100.000 habitants au 26 mars 2021 à 190,2/100.000 habitants au 29 mars 2021 (données J-3 à J-9). En Creuse, le taux d’incidence est les plus bas de France à 58,5 cas pour 100.000 habitants au 29/03/21. Dans le même temps, la Dordogne affiche un taux d’incidence de 296,5 cas pour 100.000 habitants.

chiffres.jpg (143 KB)

Pas encore d’impact sur les réanimations

Cette hausse ne s’est pas pour le moment repercutée sur le nombre d’hospitalisations et d’admissions en réanimation, mais présage d’un impact prochain sur le système de soins néo-aquitain. En effet, la Nouvelle-Aquitaine est la dernière région métropolitaine à se situer sous le seuil des 60% d’occupation des lits de réanimation par des patients Covid.

Le variant anglais domine largement

La diffusion des variants sur notre territoire joue certainement un rôle dans la progression actuelle du virus. La proportion de variant « anglais » est de 82,2 % (contre 77 % en semaine 11) et de 3 % pour les variants dits « sudafricain » ou « brésilien » (contre à 3,7 % en semaine 11). En Gironde, la part de variant « anglais » a franchi les 91%.

Premiers effets de la vaccination

La situation se dégrade dans l’ensemble de la région, suivant la même tendance qu’au niveau national. On observe ainsi la même dynamique que lors de la deuxième vague, à l’exception près que l’on constate une baisse des admissions en réanimation des personnes âgées de plus 65 ans. Cette tranche d’âge présente également un taux d’incidence plus faible (94,6 /100 000 hab.) que le reste de la population générale, témoignant du début des effets positifs de la campagne vaccinale.

Vigilance

L’intensification de la vaccination est en marche, mais face à cette reprise de l’épidémie dans notre région, il est plus que jamais nécessaire de rappeler l’importance du respect strict des mesures et gestes barrières et de favoriser quand cela est possible le télétravail.