Cyclisme : l’Indrienne Marion Sicot porte plainte contre son ancien directeur sportif

23 juin 2020 à 5h58 par Bastien Bougeard

La cycliste professionnelle du Blanc a choisi de porter plainte pour harcèlement sexuel à l’encontre de son ancien directeur sportif. Il lui aurait demandé des photos en sous-vêtement, pour contrôler le poids et la forme de la coureuse.

ALOUETTE
Marion Sicot a dû envoyer des photos d'elle en sous-vêtements à son directeur sportif.
Crédit: Capture d'écran - France Télévision

Plus de trois mois après ses révélations dans le magazine Stade 2, Marion Sicot passe à l’attaque. La cycliste professionnelle du Blanc (Indre) a porté plainte contre son ancien directeur sportif, le Belge Marc Bracke pour harcèlement sexuel lorsqu’elle évoluait au sein de l’équipe Doltcini  Van Eyck Sport.

Des photos en sous-vêtement

Elle s’était entretenue avec un journaliste de France Télévision pendant plus d’une trentaine de minutes. Elle disait avoir été sous emprise de son ancien directeur sportif. Cette dernière le côtoyait très peu et échangeait régulièrement par message. Selon Marion Sicot, Marc Bracke lui demandait d’envoyer régulièrement des photos d’elles en sous-vêtement pour contrôler le poids et la forme de la cycliste. Il aurait demandé des photos en bikini. Ce dernier ne nie pas, mais dit avoir arrêté de demander ces images, car sa coureuse avait retrouvé un poids optimal.

Un contrôle positif à l’EPO

Dans l’enquête de Stade 2, l’entourage de Marion Sicot la décrivait comme souvent esseulée lors des courses. Son directeur sportif et elle entretenaient des rapports plus que compliqués. Ces relations étaient même décrites comme invivable. Elle avait d’ailleurs avoué s’être dopée à l’EPO lors des championnats de France 2019. Elle espérait alors réaliser une performance et regagner la confiance de son directeur. Elle risque jusqu’à quatre ans de suspension pour s’être dopée. L'enquête pour les faits de harcèlement sexuel a été confiée au parquet de Montargis.