Déchets: Vinci réclame 30 millions d'euros à l'agglomération d'Angers

12 septembre 2015 à 3h55 par Rédaction Alouette

<p>Vinci Environnement, filiale du groupe Vinci, réclame 30 millions d'euros à l'agglomération d'Angers, en préjudice de la fermeture définitive, décidée en juillet par la collectivité, de son usine de traitement de déchets Biopole, a révélé ce vendredi le président d'Angers Loire Métropole, Christophe Béchu.</p>

ALOUETTE

Vinci Environnement, filiale du groupe Vinci, r�clame 30 millions d'euros � l'agglom�ration d'Angers, en pr�judice de la fermeture d�finitive, d�cid�e en juillet par la collectivit�, de son usine de traitement de d�chets Biopole, a r�v�l� ce vendredi le pr�sident d'Angers Loire M�tropole, Christophe B�chu.

Selon l'�lu, par ailleurs s�nateur-maire (Les R�publicains) d'Angers, la grande majorit� de la somme demand�e - 22 � 23 millions d'euros - serait motiv�e par la r�paration de "la r�siliation du contrat, qui aurait fait perdre des march�s � Vinci Environnement en Pologne, en Angleterre et aurait compliqu� certains autres, notamment � Tarbes", a-t-il pr�cis� lors d'un point-presse vendredi.

Construite par Vinci, mise en service en 2011 � Saint-Barth�l�my-d'Anjou au nord d'Angers, en remplacement d'une usine d'incin�ration, l'usine Biopole, qui combinait tri m�cano-biologique et m�thanisation, avait cess� d'accueillir des d�chets d�s avril dernier sur d�cision de son gestionnaire, la soci�t� Geval (Veolia Environnement), "pour pr�server la sant� et la s�curit� de ses salari�s".

En juin, les �lus de l'agglom�ration d'Angers avaient d�cid� de r�silier le contrat de march� de conception-r�alisation pass� avec Vinci, le constructeur, puis choisi de fermer purement et simplement le site quelques semaines plus tard, estimant la solution moins ch�re et p�rilleuse qu'une restructuration.

D�s son ouverture, cette usine, d'une capacit� de 90.000 tonnes, avait fait face � d'importants dysfonctionnements, incitant la collectivit� � ne pas r�ceptionner les travaux et entra�nant un contentieux entre ses trois acteurs : le constructeur (Vinci), le gestionnaire (Veolia Environnement) et le ma�tre d'ouvrage (Angers Loire M�tropole).

Biopole ne produisait pas la quantit� et la qualit� de compost esp�r�e et ne traitait que 35% des d�chets qu'elle �tait cens�e accueillir. Les nuisances induites par son process industriel avaient en outre entra�n� de nombreuses plaintes de riverains, obligeant l'agglom�ration d'Angers � n�gocier le rachat de plusieurs maisons voisines.

Selon la direction de la soci�t� d'exploitation, son d�ficit �tait de l'ordre de 2,5 millions d'euros par an, pour un co�t de construction estim� � plus de 60 millions d'euros.

ybo/gvy/bw

 

 

 

(AFP)