Éducation : une autre méthode pour apprendre les maths à Montrésor

3 décembre 2019 à 5h54 par Bastien Bougeard

Depuis deux ans, le collège de Montrésor (Indre-et-Loire) a mis en place une nouvelle méthode pédagogique pour l’apprentissage des mathématiques. Elle permet à des élèves de se mettre dans la peau de chercheurs.

ALOUETTE
Le collège de Montrésor propose à des élèves de se glisser dans la peau de chercheurs en mathématiqu
Crédit: DR

Ils sont une dizaine d’élèves du collège de Montrésor à participer au projet MATHs en JEANS (méthode d'Apprentissage des Théories mathématiques en Jumelant des Établissements pour une Approche Nouvelle du Savoir). Ce dispositif, mis en place en dehors du temps scolaire permet à des collégiens de découvrir les mathématiques dans la peau d’un chercheur. Ce dispositif est en place depuis deux ans au collège de Montrésor.

Des élèves dans la peau d’un chercheur

« Cet atelier n’est pas fait pour remplacer l’apprentissage classique des mathématiques, précise d’emblée Nathalie Taisant la professeur responsable de l’atelier. C’est juste une activité que nous leur proposons en dehors du temps scolaire. » Le principe consiste à mettre les élèves dans la peau d’un chercheur en mathématiques. Ils se voient donc poser une question et devront soulever des hypothèses, les valider ou les réfuter puis soulever de nouvelles questions et y répondre en proposant un raisonnement mathématique. « Les questions peuvent être variées. Par exemple, cette année, nous avons demandé pourquoi un spaghetti ne se casse qu’en trois. » Les professeurs sont présents, mais ne vont pas forcément guider les élèves : « Nous sommes là pour les accompagner s’ils s’éparpillent un peu trop. »

Des résultats présentés à l’Insa de Rennes

Cette méthode d’apprentissage met donc en relation des élèves des collèges et lycées, mais aussi des chercheurs en mathématiques. « Vers la fin de l’année après plusieurs mois de recherches, nous avons présenté les résultats de nos recherches à l’Insa de Rennes, détaille Nathalie Taisant. Cela permet à nos élèves d’avoir tout d’abord un premier contact avec le monde de l’enseignement supérieur. Mais aussi montrer que les mathématiques peuvent être enseignées dans des écoles très renommées comme l’Insa. Ça peut leur donner des idées pour leur orientation. » 

Une méthode efficace

C’est la deuxième année où Nathalie Taisant anime l’atelier MATHs en JEANS au collège de Montrésor. Et cette méthode porte ses fruits : « Avec le recul maintenant, j’ai des élèves qui viennent me parler de théories ou de méthodes qu’ils ne verront pas avant la première. Et ça, c’est super, ça veut dire qu’ils accrochent. Mais surtout qu’ils comprennent. » Cependant, tous les collégiens ne se retrouvent pas forcément dans ce dispositif : « Certains abandonnent car ça ne leur plaît pas et c’est normal. »