Élections municipales. pas d’investiture La République en marche pour le maire de Tours

8 octobre 2019 à 4h57 par Bastien Bougeard

Benoist Pierre, un universitaire de 50 ans, va porter les couleurs de La République en marche pour les prochaines élections municipales à Tours. Il a été investi le 7 octobre au détriment du maire sortant Christophe Bouchet.

ALOUETTE
Benoist Pierre sera le candidat La République en marche à Tours lors des élections municipales.
Crédit: Wikimedia-AubinL

C'est la fin d'un feuilleton qui a débuté au mois de juin, quasiment au lendemain du résultat des élections européennes. Christophe Bouchet, maire de Tours et candidat à sa propre succession, et Benoist Pierre, un des piliers du mouvement En Marche en Touraine se disputaient l’investiture du parti présidentiel pour les prochaines élections municipales (7 et 15 mars 2020).

Le maire de Tours avait signé une tribune de soutien

Christophe Bouchet, membre du Parti radical (un des alliés de LREM), avait envoyé un premier signe le 8 juin. Il avait signé une tribune de soutien à Emmanuel Macron avec 71 autres maires de droite et du centre dans le Journal du dimanche. Seulement, cette possible alliance faisait grincer quelques dents chez les marcheurs tourangeaux. Les militants locaux préféraient au maire sortant, Benoist Pierre, un universitaire directeur du centre d’études supérieures de la Renaissance inconnu du grand public. Âgé de 50 ans, il a notamment connu le Premier ministre, Édouard Philippe sur les bancs de Sciences Po.

Une tentative de conciliation

Normalement, LREM devait trancher la question en juillet. Mais la décision a été repoussée à plusieurs reprises. Une tentative de conciliation aurait eu lieu entre les deux camps au cours de l’été, en vain. Finalement, il a fallu attendre le 7 octobre pour connaître le candidat qui mènera la liste LREM à Tours. Benoist Pierre a eu les faveurs de la commission nationale d’investiture. Le candidat estime que cette investiture : « Vient récompenser le travail réalisé depuis un an et demi. »

Pour Christophe Bouchet en revanche, c’est la soupe à la grimace. Le maire de Tours avait devancé l’annonce de Benoist Pierre en publiant un communiqué au cours de la soirée du 7 octobre. Il reconnaît que les conditions d’une collaboration ne sont pas réunies. Il égratigne le parti en estimant que : « Les propositions locales sont, en effet, irréalistes, hors-sol, et certainement pas à la hauteur de notre ville. » Il poursuit : « Je ne suis pas dans une logique partisane, mais dans une logique de conviction au service de ma ville et des Tourangeaux. Mon parti, c’est Tours ! » Christophe Bouchet dirige la ville de Tours depuis 2017. Il avait succédé à Serge Babary qui avait quitté le fauteuil de maire après son élection au poste de sénateur d’Indre-et-Loire.