Football : N.Usaï « Nous sommes dans le flou »

16 avril 2020 à 16h00 par Bastien Bougeard

Alors que les championnats professionnels de handball et de volley ont mis un terme à leur saison, la ligue de football professionnel ne s’est toujours pas prononcée sur la suite de la saison. Les clubs sont aujourd’hui dans le flou

ALOUETTE
L'entraîneur de La Berrichonne de Châteauroux souhaite qu'une décision soit prise dans l'intérêt de
Crédit: B.Bougeard | Alouette

Depuis le 13 mars, le foot professionnel est à l’arrêt. Mais pour combien de temps encore ? Un mois ? Jusqu’en septembre ? « Nous sommes encore dans le flou » explique Nicolas Usaï, l’entraîneur de la Berrichonne de Châteauroux.

« Le plus sage serait d’arrêter »

Si la LFP a travaillé sur plusieurs scenarii (saison blanche, résultats figés, reprise en juin), le technicien castelroussin estime que dans le contexte actuel : « Il serait plus sage d’arrêter la saison afin que nous puissions nous projeter sur la prochaine saison, avec éventuellement une montée en Ligue 1 pour les deux premiers de Ligue 2 ». Il tempère cependant : « Il faut aussi entendre la voix des clubs qui vont avoir des difficultés financières et qui veulent continuer. Nous ne pouvons les priver des recettes de billetteries, de merchandising ou encore de droits télés. Il faut trouver une solution qui aille à tout le monde et surtout qui respecte la santé des joueurs, des staffs et des encadrants.

« On ne va quand même pas demander aux joueurs de porter un masque ! »

Mais en cas de reprise de championnats, toutes les équipes se retrouveraient à vivre une fin de saison sur un rythme infernal. « Nous jouerions tous les trois jours, pour ensuite se projeter sur la saison 2020-2021 ». Pour Nicolas Usaï, la principale crainte réside dans l’état psychologique de ses joueurs : « Certains ont de la famille en Afrique, ils ne peuvent pas la voir. Ils sont seuls à Châteauroux ». Et surtout, une question taraude l’esprit des techniciens de Ligue 1 et de Ligue 2 : dans quelles conditions va s’effectuer la reprise ? « La promiscuité est très importante sur un terrain. On ne va quand même pas demander aux joueurs de porter un masque ! La question se pose aussi pour l’hébergement et le repas où nous sommes là aussi très proches les uns des autres ». Enfin dernier sujet d’inquiétude : le mercato et les joueurs en fin de contrat. Des questions qui demeurent nombreuses : « Il y a beaucoup de réunions, mais ne nous sommes pas éclairés » regrette Nicolas Usaï.