Grève surprise à la SNCF : Les cheminots en colère, la pagaille pour les usagers

18 octobre 2019 à 14h01 par Clovis Canivenc

Ce vendredi, le trafic SNCF est fortement perturbé suite à un mouvement social inopiné des cheminots.

ALOUETTE
Le trafic ferroviaire est fortement perturbé ce vendredi.
Crédit: Wikipédia | NB80

Les cheminots sont en colère. En cause, un accident qui s’est produit mercredi dans les Ardennes. Un TER transportant 70 passagers a percuté un convoi exceptionnel au niveau d’un passage à niveau. 11 personnes ont été blessées, dont le conducteur du train qui a dû gérer seul la situation. C’est pour cette raison que les cheminots ont décidé d’exercer le droit de retrait, ce qui a provoqué cette grève surprise dans les transports.

Des scènes de pagaille à Paris

Dans les gares parisiennes, le trafic des RER et du Transilien est au ralenti. Ce mouvement social inopiné a forcément surpris de nombreux franciliens, qui ont fait part de leur colère sur les réseaux sociaux.

Un trafic à l’arrêt dans le Grand Ouest

Les gares du Grand Ouest sont également touchées par cette grève. En Pays-de-la-Loire, Bretagne, Nouvelle-Aquitaine et Centre-Val-de-Loire, le trafic est fortement affecté, voire complètement suspendu.

Les usagers en danger selon les syndicats

A l’origine de cette grève surprise, les syndicats CGT et Sud Rail estiment que les usagers sont en danger. Ils réclament la présence d’un contrôleur dans chaque train, afin d’éviter le type d’accident qui s’est produit dans les Ardennes.

Le terme « grève surprise » est d’ailleurs contesté par les cheminots, qui utilisent leur droit de retrait. Un droit qui, contrairement au droit de grève, n’a pas à être annoncé en amont et permet à tout employé d’arrêter de travailler s’il observe des failles de sécurité pouvant le mettre en danger.

Le gouvernement dénonce « une grève surprise hors du cadre légal »

Face aux syndicats, le gouvernement et la direction de la SNCF sont sur la même ligne. Pour le secrétaire d’Etat aux transports, Jean-Baptiste Djebbari, il s'agit d'une « grève surprise hors du cadre légal ».

De son côté, la direction de la SCNF a fait le point à la mi-journée, en soulignant que « cette grève, sans préavis, est totalement irrégulière ».