Insolite : L’art du penalty au foot

28 novembre 2019 à 10h00 par Clovis Canivenc

L'exercice du penalty est loin d'être le plus facile pour les footballeurs et certains ratés sont mémorables.

ALOUETTE
Crédit: Archives

C’est l’exercice le plus redouté par les footballeurs : le penalty. Seul face au gardien, à 11 mètres du but, il n’est pas rare de voir un tireur craquer sous la pression.

Le surplus de confiance

Ce joueur brésilien était lui peut-être trop confiant. Après avoir pris une (très) longue course d’élan, il s’est littéralement mis à marcher jusqu’au ballon pour finalement mettre son tir au but… à côté. Sauf que c’était en finale de la Copa Verde au Brésil et que son équipe de Paysandú s’est incliné face à Cuiabá à cause de ce tir complètement manqué.

Dans les nuages

Lorsqu’un gardien se présente pour tirer un penalty, il vaut mieux s’écarter pour les spectateurs derrière le but. Ceux de Nuneaton Borough, en septième division anglaise, ont failli en faire l’amère expérience avec leur gardien, Tony Breeden. Ce dernier s’est complètement loupé en envoyant son ballon sur un projecteur des tribunes situés juste derrière. Le projecteur n’a été retenu que par un câble.

Une séance interminable

34 penaltys. C’est ce qu’il a fallu aux équipes de Taunton Town et Truro City, pour se départager au 2e tour de la Southern League. Un record égalé en Angleterre. C'est finalement Taunton Town qui l’a emporté (12 à 11) grâce à Jack Rice qui aura donc dû tirer deux fois, comme cinq autres de ses coéquipiers.

Au total, Taunton Town et Truro City auront donc raté 11 penaltys. Les deux équipes anglaises restent bien loin du record mondial, réalisé en 2005 lors de la Coupe de Namibie où 48 tirs au but avaient été frappés.

N’est pas Zidane qui veut

Ces échecs montrent la difficulté de cet exercice pour un joueur de foot lambda. Mais certains transpirent la facilité, comme Zinedine Zidane. En finale de la Coupe du Monde 2006, le numéro 10 français avait tenté et réussi une panenka face au gardien italien, Gianluigi Buffon. Un geste autant risqué que magnifique.