La SNCF supprime des trains en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, faute de conducteurs

22 février 2016 à 13h34 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

 La SNCF va supprimer pendant quelques semaines des TER en heure creuse dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, faute notamment d'avoir r�ussi � recruter suffisamment de conducteurs.

Ce "plan de transport adapt' (PTA) s'�tale du 29 f�vrier au 16 avril en Picardie et du 7 mars au 16 avril dans le Nord-Pas-de-Calais. Certains trains seront remplac�s par des bus, mais pas de mani�re syst�matique.

la SNCF assure que dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie, le PTA concerne "moins de 0,5%" de ses clients et que seuls "30 trains en moyenne par jour sur 1.250 trains" sont concern�s.

"Cela concerne des trains tr�s peu fr�quent�s que nous avons choisis en p�riode creuse et surtout pas des trains domicile-travail", a d�clar� � l'AFP C�line Czernak, responsable des relations presse chez SNCF Mobilit�s pour la r�gion.

En cause selon elle, un probl�me de recrutement et de formation des conducteurs. Comme il faut 18 mois pour former un conducteur, tout le processus d'entr�e dans l'entreprise est d�cal�. "Pour avoir un candidat qui arrive au bout de sa formation, il nous faut 200 dossiers de candidatures", souligne Mme Czernak.

Ainsi, la moiti� des candidats abandonnent selon elle leur formation lorsqu'ils prennent connaissance des conditions de travail (horaires d�cal�s, etc). Par ailleurs, le taux d'�chec aux tests m�dicaux augmente, selon elle, du fait de la d�tection plus importante de consommation de psychotropes ou de cannabis.

Enfin, le taux d'�chec � la formation elle-m�me augmente aussi, notamment parce qu'elle requiert une bonne partie d'apprentissage par coeur.

A cela s'ajoutent les arr�ts maladie, la n�cessit� de solder ses cong�s de l'ann�e pr�c�dente avant le 31 mars, ou encore la plus grande difficult� � anticiper les d�parts � la retraite apr�s la r�forme.

Du c�t� des usagers, l'incompr�hension r�gne. "La SNCF n'a pas pr�vu ce qu'il fallait en mati�re de ressources humaines, alors que cela fait des mois que cela lui a �t� signal', critique Gilles Laurent, vice-pr�sident de la F�d�ration nationale des associations d'usagers des transports (Fnaut).

"C'est la premi�re ann�e que c'est aussi flagrant, on a des TER supprim�s pour au minimum 3 mois", souligne pour sa part Christian Broucaret, repr�sentant de la Fnaut pour la r�gion Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes.

"Ce qui est nouveau c'est qu'il commence � y avoir une baisse de fr�quentation des TER. En Aquitaine, elle �tait de plus de 2% l'an dernier parce que les usagers se tournent vers le covoiturage", constate-t-il.