Le "chauffard de Lorient" jugé ce lundi pour homicide involontaire

15 février 2021 à 8h42 par Marie PIRIOU

Deux enfants fauchés et une cavale de neuf jours : le jeune chauffard qui avait percuté en juin 2019 à Lorient Bunyamin et son cousin Samet, 9 et 7 ans, tuant le premier et blessant grièvement le second, sera jugé ce lundi.

ALOUETTE
Crédit: Pixabay

Kylian L.-R., 22 ans, comparaîtra pour homicide involontaire aggravé, blessures involontaires, conduite sans permis avec récidive et sans assurance, refus d'obtempérer, vitesse excessive et non assistance à mineur en danger. Sa passagère Gaëlle T., 22 ans, sera jugée pour non assistance à mineur en danger. Le procès s'ouvrira à 13h30 devant le tribunal correctionnel de Lorient.

En cavale pendant neuf jours

Le 9 juin 2019, Kylian L.-R., alors âgé de 20 ans, prend le volant d'un véhicule acheté la veille, sans avoir le permis. Il est en compagnie de Gaëlle T., avec qui il avait entretenu une relation décrite comme "difficile" pendant deux ans. Arrêté pour un contrôle de gendarmerie à Queven, à 3 km de Lorient, il s'enfuit à vive allure, multipliant les infractions au code de la route, tandis que les gendarmes le suivent à distance. Roulant à 70-80 km/h sur une voie de bus, il s'engage après avoir grillé un feu rouge sur un rond-point à l'entrée de Lorient, et percute un premier véhicule sans faire de blessé. Il perd alors le contrôle du véhicule et percute les deux jeunes cousins qui sortaient d'un McDonald's, frôlant un troisième.

Le chauffard redémarre aussitôt après le choc avant de s'arrêter 200 mètres plus loin et de prendre la fuite avec sa passagère. Bunyamin est décédé le soir même, tandis que Samet est transféré en réanimation au CHRU de Brest. Gaëlle T. est arrêté le 12 juin après s'être présentée spontanément au domicile d'un particulier à Caudan (Morbihan), tandis que Kylian est interpellé dans un hôtel de la banlieue de Lorient le 18 juin.

De graves séquelles

Samet, 9 ans aujourd'hui, toujours suivi au centre de rééducation de Kerpape (Morbihan), présente de graves séquelles physiques et cognitives. Il a perdu l'usage de son bras gauche, et doit être assisté par une tierce personne pour tous les actes de la vie courante, ne pouvant ni s'habiller ni aller aux toilettes seul.

Le prévenu reconnaît les faits mais nie, tout comme Gaëlle T., avoir vu des enfants sur le trottoir. Lors de sa première audition, il avait pourtant expliqué les avoir vus, avoir tenté de les éviter mais n'avoir senti aucun choc, justifiant sa fuite par la volonté d'échapper aux gendarmes.

"La famille est partagée entre colère et envie de comprendre comment on a pu en arriver là, alors que le conducteur avait déjà été condamné pour conduite sans permis et qu'un contrôle judiciaire lui interdisait de quitter son domicile", a déclaré Philippe Courtois, avocat des victimes. "Les faits sont pleinement caractérisés, la discussion va porter sur l'infraction de non assistance à personne en danger", a-t-il ajouté, précisant qu'une expertise avait "attesté formellement que le conducteur et la passagère ont forcément vu, entendu et ressenti le choc avec les enfants".

Jusqu'à 10 ans d'emprisonnement

Selon une expertise psychologique, le prévenu est décrit comme "immature", ayant vécu dans un cadre familial "peu sécure", qui l'a amené à s'inscrire "dans une forme de toute puissance et d'intolérance à la frustration". Gaëlle T. aurait de son côté une "dépendance affective et fusionnelle" à son égard. Deux mois avant le drame, elle avait déposé plainte contre Kylian Le.-R. pour violences et harcèlement. Les avocats de la défense, Archilbald Celeyron et Elodie Grelot, n'ont pas souhaité faire de commentaires. Kylian L.-R. a été libéré le 31 octobre et placé sous contrôle judiciaire. Il encourt jusqu'à 10 ans de prison. Gaëlle T. avait effectué trois semaines de détention provisoire avant d'être placée sous contrôle judiciaire en juillet 2019. Elle risque jusqu'à 7 ans de prison.

(Avec AFP)