Le Nantais Loup Bureau est enfin de retour en France

17 septembre 2017 à 7h59 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Embrassades et accolades avec sa famille: le journaliste Loup Bureau est arriv� en France ce matin, enfin libre apr�s, avoir �t� expuls� de Turquie � l'issue de plus de 50 jours de d�tention.

Son avion s'�tait pos� � 08H45.

Sa famille, sa petite amie et la ministre de la Culture Fran�oise Nyssen �taient pr�sentes pour l'accueillir. 

Le reporter ind�pendant de 27 ans s'est dit "tr�s soulag' d'�tre revenu en France. 

A son arriv�e, Loup Bureau s'est �galement entretenu avec Emmanuel Macron par t�l�phone, dont il a salu� l'intervention en faveur de sa lib�ration. 

Loup Bureau est accus� par Ankara d'appartenance � "une organisation terroriste arm�e".

A son d�part d'Istanbul, les autorit�s a�roportuaires avaient fait embarquer Loup Bureau "directement sur le tarmac, pour �viter tout contact avec les m�dias", selon Reporters sans fronti�res qui a fait campagne pour sa lib�ration.

La lib�ration de Loup Bureau, incarc�r� � Sirnak, ville du sud-est de la Turquie, avait �t� annonc�e vendredi.

Le p�re du reporter, Lo�c Bureau, install� pr�s de Nantes, s'�tait rendu � Paris d�s samedi.

Cette lib�ration est intervenue dans la foul�e d'une visite du chef de la diplomatie Jean-Yves Le Drian � Ankara qui l'avait qualifi�e de "grand soulagement".

Fin ao�t le pr�sident fran�ais avait demand� sa "lib�ration rapide" � son homologue turc Recep Tayyip Erdogan.

Interrog� sur une �ventuelle contrepartie � cette lib�ration, l'avocat de Loup Bureau, Martin Pradel avait d�clar� samedi: "Je n'ai aucune raison de le penser".

"Simplement faire comprendre aux autorit�s turques tout le tort qu'elles se faisaient en persistant � emprisonner un journaliste fran�ais (...) a pu �tre suffisant", avait-il dit.

Le journaliste avait �t� interpell� le 26 juillet � la fronti�re turco-irakienne, apr�s la d�couverte en sa possession de photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (mouvement consid�r� comme une �manation du PKK et donc comme "terroriste" par Ankara).

Ces images datent, selon sa d�fense, d'un reportage sur les conditions de vie des populations syriennes r�alis� en 2013 et diffus� sur TV5 Monde.

 

- 'Risque de condamnation' -

 

"Tout a bascul� au milieu de la semaine derni�re avec l'acte d'accusation et la fixation d'une audience", a expliqu� Me Pradel, le dossier �tant alors transf�r� � un juge.

"Le juge a imm�diatement voulu recevoir Loup et a imm�diatement statu� sur la question de sa lib�ration, alors que par ailleurs l'enqu�te se poursuit", a ajout� l'avocat.

Loup Bureau "a toujours au-dessus de lui un risque de condamnation, une condamnation extr�mement grave puisque cela voudrait dire que Loup est un terroriste", a-t-il rappel�.

La Turquie occupe la 155e place sur 180 au classement 2017 de la libert� de la presse �tabli par Reporters sans fronti�res, une situation qui s'est particuli�rement d�grad�e depuis le coup d'Etat rat� de juillet 2016.

Quelque 170 journalistes sont d�tenus dans le pays, selon le site sp�cialis� P24. Les journalistes turcs sont de loin les plus touch�s, mais leurs confr�res �trangers ne sont pas �pargn�s.

En mai, Mathias Depardon, un photojournaliste fran�ais, �tait lui aussi arr�t� dans le sud-est de la Turquie, soup�onn� de "propagande terroriste" pour le compte du PKK pour avoir diffus� sur les r�seaux sociaux des photos prises lors d'un reportage. Il avait �t� expuls� apr�s un mois de d�tention et une importante mobilisation.