Limoges : incidents et tensions après une interpellation

23 avril 2020 à 8h16 par Thierry Matonnat

Nuit de tension à Limoges après des affrontements entre des jeunes du quartier de Beaubreuil et les forces de l'ordre. Des événements qui interviennent après la diffusion des images d'une interpellation musclée la veille dans le quartier.

ALOUETTE
La mairie annexe du quartier de Beaubreuil incendiée
Crédit: Facebook | Emile Roger Lombertie

Faut-il y voir une des conséquences du confinement dans les quartiers dits "sensibles" ? 

Mairie annexe incendiée

Hier en fin d’après-midi, une trentaine de jeunes cagoulés et vêtus de noir ont incendié des poubelles et des caddies avenue de Beaubreuil. Ils ont également détruit plusieurs caméras de surveillance et s’en sont pris à la mairie annexe du quartier dont les locaux ont été saccagés et incendiés. Les policiers ont essuyé des jets de pierres et de cocktails Molotov. Plus tard dans la soirée des incidents ont éclaté dans le quartier voisin de La Bastide où plusieurs véhicules ont été incendiés. Des renforts de police ont été envoyés sur place dont des CRS. 

Acte inacceptable, intolérable, irresponsable

Le Maire de Limoges a réagi sur sa page Facebook, après la dégradation de la mairie-annexe, il parle d'un acte "Inacceptable, intolérable, irresponsable" (...) "Les coupables doivent être arrêtés rapidement et présentés au juge, c’est un emblème de la République qui a été saccagé", rajoute Emile Roger Lombertie.

Conséquence d'une interpellation musclée

Ces violences interviennent après une journée de tension suite à la diffusion d'images sur les réseaux sociaux d’une interpellation musclée d’un homme mardi 22 avril dans ce même quartier. Sur ces images, on voit notamment un policier assénant un coup de pied à un homme à terre. C'est ce qui aurait mis le feu aux poudres.

IGPN saisie

La police des polices va devoir enquêter sur l’interpellation musclée d’un ressortissant tunisien, en situation irrégulière sur le territoire qui se trouvait selon les policiers dans un lieu de deal. Les images ne montrent pas ce qui a précédé l’interpellation. Selon les agents de la BAC ces derniers venaient d’être caillassés par une quinzaine d’individus.

Le procureur de la République Jean-Philippe Rivaud a demandé "la sauvegarde de toutes les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux" et "qu'un médecin légiste examine la personne interpellée".

Période extrêment difficile

Selon Colette Angleraud, du syndicat SGP Police à Limoges, le travail des policiers en cette période de confinement est "extrêmement difficile". "Ils sont nargués, insultés, mis à mal et caillassés, ce dont on ne parle pas. Mais dès qu'il y a une interpellation comme celle-ci, on les jette en pâture", a-t-elle regretté. "Nous sommes conscients de la difficulté du confinement, notamment dans les cités, mais les personnes qui insultent et menacent les fonctionnaires de police ne sont pas des enfants de choeur".

Cette nuit vers 3h du matin, les pompiers de Limoges ont dû intervenir sur un feu de voiture dans le quartier de la ZUP de L’Aurence. On ne sait pas si cet incendie est à mettre en lien avec les événements précédents.