Loire-Atlantique : un jeune pompier pyromane condamné

27 mai 2021 à 6h49 par Alexandrine DOUET

Le prévenu âgé d’une vingtaine d’années a comparu ce mercredi en correctionnelle.

ALOUETTE
Crédit: Archives

Ce pompier volontaire était jugé pour avoir une série d’incendies au printemps 2018 dans les communes de Campbon et de La Chapelle-Launay.

Quatre incendies en un mois

À quatre reprises entre le 17 mars et le 15 avril 2018, il avait mis le feu à des hangars ou exploitations agricoles. Âgé de 18 ans au moment des faits, le jeune homme avait allumé le premier incendie, habillé en tenue de pompier. A l’aide d’un briquet, il avait mis le feu à un ballot de foin avant de prendre la fuite.  Le sinistre n’avait heureusement pas eu de graves conséquences.
Il avait de nouveau agi dès le lendemain, après avoir cette fois emprunté un bidon d’essence à ses parents, afin de mettre le feu au hangar de particuliers, dont la maison avait été menacée par les flammes.

Profond mal-être

Quelques jours plus tard, il avait récidivé de retour de la caserne. Enfin le 15 avril 2018, il avait mis le feu à une exploitation familiale à La Chapelle-Launay, le Gaëc de la Clausais. Le feu avait ravagé une partie du siège social ainsi que plusieurs engins agricoles. Il n'y avait pas eu de victimes mais les dégâts matériels étaient considérables avec un préjudice évalué à 353 000 euros. L’un des agriculteurs de l’exploitation, très choqué avait subi une interruption temporaire de travail de dix jours.

Lors de son audition, le jeune homme avait fait part de sa détresse psychologique, après une déception amoureuse, faisant même part de ses idées suicidaires. Cinq mois avant les faits, il avait été placé en garde à vue pour des soupçons d’agression sexuelle sur mineur de moins de 15 ans. Affaire qui l’avait profondément affecté et qui l’avait éloigné de sa petite amie et de ses amis.
Il avait finalement été relaxé en novembre 2019.

L’avocat du jeune homme a demandé aux juges de prendre en compte le travail psychologique en cours effectué par son client. Le jeune homme a été condamné à 3 ans de prison avec sursis et à verser 8000 euros de dommages et intérêts aux victimes. Il écope également d’une interdiction définitive d’exercer le métier de pompier.