Infos

Michelin : Indignation et incompréhension après l’annonce de la fermeture

10 octobre 2019 à 18h00 Par Clovis Canivenc
Les salariés de Michelin ont démarré un feu devant l'usine de La Roche-sur-Yon
Crédit photo : Alouette

L’annonce de la fermeture de l’usine Michelin de La Roche-sur-Yon (Vendée), ce jeudi matin, a suscité l’écœurement des salariés et l’incompréhension des élus.

L’usine Michelin de La Roche-sur-Yon, qui emploie 619 salariés, va fermer ses portes d’ici fin 2020, comme l’a annoncé ce jeudi matin le fabricant de pneumatiques. L’usine était menacée depuis plusieurs semaines à cause des difficultés du marché et la concurrence asiatique.

Coup de massue pour les salariés

Pour les salariés, c’est un coup de massue. « Mon premier enfant va naître au mois de février, j’ai démarré le prêt de ma maison il y a quelques mois, a confié Jérémy à l’AFP à l’issue de la réunion avec les dirigeants. Il y a deux ans j’étais content, je me disais ‘’c’est bon, je vais pouvoir faire ma carrière ici’’ ». C’est tout l’inverse qui se produit pour ces salariés, à qui le groupe Michelin a proposé d’être muté sur un autre site du groupe. Mais pour beaucoup d’entre eux, c’est un scénario qui se répète. Une vingtaine de salariés du site de La Roche-sur-Yon ont déjà vécu un plan social, à Joué-lès-Tours, il y a cinq ans, avant d’être reclassé sur le site vendéen.

Michelin 1.jpeg (700 KB)

Une cellule spéciale d’accompagnement

Du côté de la classe politique, les réactions sont nombreuses. Dans un communiqué commun, la présidente de la région des Pays de la Loire, Christelle Morançais et le sénateur de Vendée, Bruno Retailleau ont apporté leur « solidarité aux 619 salariés de cette usine inscrite dans le paysage industriel yonnais depuis plus de 50 ans, mais aussi aux 74 salariés de l’usine de Cholet impactés par cette décision ». Les deux élus déplorent également « les méthodes du groupe Michelin, qui traduisent un manque de respect des salariés et des élus ».

De leur côté, les services de La Roche-sur-Yon et du département de Vendée « se coordonnent pour créer une cellule spéciale d’accompagnement pour les salariés du groupe Michelin », comme l’a annoncé Luc Bouard, maire de La Roche-sur-Yon, sur les réseaux sociaux. En attendant, les salariés ont lancé un feu de pneus et de palettes devant l’usine et ne semblent pas décidés à partir.

Michelin 2.jpeg (694 KB)