Infos

Morbihan : un ancien prêtre de 98 ans condamné pour atteinte sexuelle

28 May 2019 à 10h19 Par Rédaction Alouette

Le tribunal correctionnel de Lorient a condamné le nonagénaire à deux mois de prison avec sursis pour atteinte sexuelle sur une petite fille de 3 ans et demi. Les faits s'étaient déroulés durant l'été 2017 dans la basilique de Saine-Anne-d'Auray.

Le jugement a été rendu ce lundi à l'encontre du prêtre retraité, inscrit au fichier des délinquants sexuels.

Les faits remontent au 15 juillet 2017. Après une journée à la plage, une famille de touristes canadiens avait choisi de visiter la basilique de Sainte-Anne d'Auray. 
Tandis que la mère et ses trois enfants s'étaient installés sur des bancs, un vieil homme s'était assis derrière la famille. Ce dernier avait posé ses deux mains sur les épaules de la plus jeune fille, âgée de 3 ans et demi, les avait glissées sous sa robe avant de lui caresser le torse puis le sexe.

La fillette s'était confiée à sa mère, dès la sortie de l'église. La maman s'était alors dirigée aussitôt vers le nonagénaire pour le prendre en photo avant de porter plainte.

"Certaines absences et troubles de la mémoire"

Lors de son audition, le directeur de la maison de retraite, où réside l'ancien prêtre avait indiqué que le vieil homme avait parfois des absences.
Deux expertises abonderont en ce sens, surtout la seconde qui, fin 2018, fait état "d'une confusion mentale liée à la maladie d'Alzheimer".

L'avocat de la famille de la victime, Me Bocquet, a dit combien celle-ci avait été "chamboulée" par l'affaire. Affirmant "qu'une chape de plomb immense" pesait sur ce dossier, il a fait allusion à un fait antérieur, toujours sur un mineur, qui avait "conduit à un éloignement" du même prêtre.
Ce dernier n'était pas présent à l'audience.

"S'il y a une Église qui est clean, c'est bien dans le Morbihan", a affirmé Me Arnaud Colon de Franciosi, avocat du prévenu. "L'évêque a prévenu qu'aucune infraction pénale ne serait tolérée ni dissimulée. On ne couvre personne dans le Morbihan".

L'avocat vannetais a estimé que "rien ne corroborait les déclarations de l'enfant de 3 ans" et que s'il y avait bien eu "un contact physique, il n'y avait pas forcément une intention malveillante".

Le tribunal correctionnel a prononcé une peine de deux mois de prison avec sursis à l'encontre du vieil homme placé sous tutuelle en début d'année. Il devra également verser une indemnité de 3.500 euros à la famille. 

 

(Avec AFP)