Morlaix Arts Tour : "C’est un jeu de recherches et de parcours dans la ville"

11 juin 2021 à 8h46 par Marie PIRIOU

De nouvelles œuvres à découvrir prochainement en Bretagne, dans les rues de Morlaix (29), à l’occasion de la 3e édition du Morlaix Arts Tour. Un événement très attendu. Nous avons rencontré ZAG le directeur artistique du Morlaix Arts Tour.

ALOUETTE
La fresque d’Aéro, "L'Homme et la mer 2.0", visible rue Daumesnil à Morlaix et primée au concours Go
Crédit: Alouette | Marie Piriou

C’est un festival désormais très attendu : le Morlaix Arts Tour. 22 artistes spécialistes du graff recouvrent certains murs de la ville de Morlaix et de six communes aux alentours de leurs œuvres. 37 œuvres au total seront visibles cet été dont 15 nouvelles. Rencontre avec ZAG, le directeur artistique de l’événement.

Pouvez-vous nous présenter le Morlaix Arts Tour ?

Le Morlaix Arts Tour est un parcours artistique d’œuvres de rue qui se réalise durant tout le mois avec l’intervention de plusieurs artistes.

En quoi consiste ce parcours artistique ?

Tout simplement, à faire découvrir la ville à travers son patrimoine. L’objectif est de pouvoir amener des œuvres dans des endroits qui ne sont pas forcément ou habituellement vus par les touristes, et même les Morlaisiens.

Y a-t-il un thème en particulier cette année ?

Il n’y a pas de thème puisque nous avons réussi à obtenir une convention avec l’architecte des Bâtiments de France qui nous permet de pouvoir jouir librement des espaces qui nous sont proposés. Les artistes peuvent donc s’imprégner librement et prennent en considération le lieu sur lequel ils vont peindre.

MX 02 (1).jpg (498 KB)

Combien d’œuvres vont voir le jour à l’occasion de cette nouvelle édition ?

On a programmé 15 nouvelles œuvres et 22 artistes vont intervenir cette année. On aura des duos d’artistes ainsi que des collaborations d’artistes.

Qui sont ces artistes et comment ont-ils été sélectionnés ?

On a fait une programmation assez hétéroclite avec des artistes bretons et beaucoup d’artistes étrangers. En cette période post-confinement, on avait aussi envie de pouvoir ouvrir les frontières. Certains font partie de mes relations puisque j’ai déjà, par le passé, participé à des festivals à l’étranger en leur présence. On a aussi été contacté par rapport aux éditions précédentes. Sinon, on regarde le travail artistique à travers les différents réseaux sociaux.

MX 01 (1).jpg (937 KB)

Où les œuvres seront-elles visibles et pendant combien de temps ?

Les artistes vont tous intervenir durant le mois de juin. Petite nouveauté cette année par rapport à l’année dernière, le Morlaix Arts Tour va s’étendre sur plusieurs communes du Pays de Morlaix : Taulé, Carantec, Pleyber-Christ, Plounéour-Ménez, Plourin-lès-Morlaix et Plougasnou, en plus de Morlaix et Ploujean. Les œuvres seront visibles pendant trois ans minimums.

D'autres nouveautés cette année ?

On voyait souvent les gens poser des questions, autant aux habitants qu’aux commerçants, à savoir où se trouvaient les œuvres. Nous avons donc mis en place l’application Mx Art Connect qui géolocalise toutes les œuvres en temps réel durant la réalisation de chaque œuvre. On annonce chaque jour ou la veille au soir l’arrivée d’un artiste, l’endroit où il va peindre et le nom de l’artiste. On y retrouvera aussi toutes les œuvres qu’on peut trouver à Morlaix et aux alentours. Cette application va peut-être faciliter un petit peu la découverte des différents parcours qu’on a mis en place.

C’est désormais un événement attendu par les Morlaisiens ?

Oui (rires) ! On peut dire ça comme ça. Plusieurs mois avant le début de l’événement, les gens me posaient déjà des questions, à savoir si ça allait avoir lieu, quels allaient être les endroits, quels seraient les artistes… Ils sont très curieux de connaître la programmation et c’est pour ça d’ailleurs qu’on ne la dévoile pas. C’est un peu un jeu de recherches et de parcours dans la ville où on attend de voir, justement, l’arrivée des artistes. C’est une fierté pour nous et pour les Morlaisiens.

(Entretien retranscrit par Mikaël Le Gac)