ND-des-Landes: des milliers d'opposants attendus ce week-end sur le site du projet contesté

7 juillet 2017 à 6h54 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Plusieurs milliers d'opposants au transfert de l'a�roport nantais doivent converger samedi et dimanche � Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) pour r�affirmer leur d�termination "intacte" � obtenir l'abandon de ce projet dont l'avenir est suspendu � la m�diation voulue par le pr�sident Emmanuel Macron.

Cette nouvelle mobilisation, la 17e organis�e chaque �t� par les anti-a�roport, est la premi�re d'importance depuis le renoncement du pr�c�dent gouvernement � �vacuer les occupants du site et le lancement d'une m�diation de six mois par l'actuel Premier ministre Edouard Philippe pour d�bloquer ce dossier au point mort depuis 2012.

La "Coordination des opposants", regroupant une soixantaine de structures, compte faire aussi bien que lors de la 16e �dition, qui avait r�uni 25.000 personnes selon les organisateurs en juillet 2016, deux semaines apr�s le vote des habitants de Loire-Atlantique en faveur de la construction du nouvel a�roport nantais.

Preuve pour les opposants que la "mobilisation est toujours au rendez-vous", malgr� l'�loignement d'une menace imminente d'expulsion des agriculteurs et des centaines de "zadistes" occupant le terrain, � une vingtaine de kilom�tres au nord de Nantes, "800 � 1.000 b�n�voles" pr�tent main forte pour l'organisation du rassemblement, selon la Coordination.

 

- 'Plus ouvert' -

 

Voulue par le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, pour enfin trancher ce projet vieux de cinquante ans, qui a empoisonn� le quinquennat de Fran�ois Hollande, la mission confi�e le 1er juin pour six mois � trois m�diateurs doit permettre au gouvernement de prendre une d�cision "claire" et "assum�e".

Les trois m�diateurs, un ex-pilote de ligne, un ing�nieur et une pr�f�te, ont engag� les premi�res auditions d'opposants comme de partisans de l'a�roport, ceux-ci saluant majoritairement une �coute "soucieuse" des probl�matiques et des arguments soulev�s par chaque camp.

Des r�unions contradictoires entre pro et anti-a�roport ont �galement commenc�, selon l'Acipa, la principale association d'opposants qui avait refus� de participer d�but 2013 � la "commission du dialogue" mise en place par l'ex-Premier ministre Jean-Marc Ayrault.

"Cette fois-ci, il semble que la m�thode soit beaucoup plus ouverte et qu'il y ait une volont� de tout remettre � plat. Mais on reste bien s�r m�fiants", commente Anne-Marie Chabod, co-pr�sidente de l'Acipa.

"Relativement optimiste" sur l'issue de cette m�diation, le porte-parole de cette association historique, Julien Durand, souligne le changement de climat politique: "En marche! n'est pas porteur du projet, contrairement au PS et � LR. Et on compte d�sormais plus de d�put�s dans la r�gion qui se sont � un moment prononc�s contre le projet ou qui n'en ont pas fait un symbole".

Il esp�re que les visites sur la Zad de membres de mouvements politiques ou de la population lors de "portes ouvertes" ou sur les nouveaux sentiers de randonn�e inaugur�s dimanche dernier "cr�ent des fissures" parmi les partisans du transfert de l'a�roport, d�clar� d'utilit� publique en 2008 et qui aurait d� initialement �tre inaugur� en 2017.

Le rassemblement se tient cette ann�e sur un champ de 6,5 hectares, au lieu-dit "Le Ch�ne des Perri�res", en bordure de la "Zad", la zone d'am�nagement diff�r� rebaptis�e "zone � d�fendre" par les opposants.

Dimanche matin, une quarantaine de totems doivent �tre �rig�s pour "inscrire la lutte dans la terre", � l'image des milliers de b�tons plant�s sur la "Zad" en octobre pour d�montrer la d�termination � "d�fendre" les terres agricoles et les paysans et habitants menac�s d'expulsion.

Une quarantaine de forums et d�bats est �galement organis�e tout le week-end, autour du mot d'ordre "De nos terres � la Terre. R�sister, agir, vivre".

 

asl/jlv/bd

(AFP)