ND-des-Landes: la justice valide les arrêtés préfectoraux autorisant le début des travaux

17 juillet 2015 à 9h41 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Le tribunal administratif de Nantes a rejet� vendredi les 17 recours d�pos�s par des opposants au projet de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), validant ainsi les arr�t�s pr�fectoraux autorisant le d�but des travaux du futur a�roport nantais, a-t-on appris aupr�s de leur avocat, Thomas Dubreuil.

"Par 14 jugements rendus le 17 juillet 2015, le tribunal administratif de Nantes rejette tous les recours qui lui ont �t� pr�sent�s lors de l'audience du 18 juin dernier", comme l'avait pr�conis� le rapporteur public, indique �galement le tribunal dans un communiqu�.

Les principales associations oppos�es au transfert de l'actuel a�roport de Nantes-Atlantique vers le bocage de Notre-Dame-des-Landes, � une vingtaine de kilom�tres, avaient saisi la justice administrative en f�vrier 2014 pour faire annuler quatre arr�t�s environnementaux pris par le pr�fet de Loire-Atlantique quelques semaines plus t�t.

Ces arr�t�s donnaient le feu vert au concessionnaire du futur site de 1.650 hectares, A�roports du Grand Ouest (AGO), filiale de Vinci, pour d�truire les zones humides et pr�s de 100 esp�ces prot�g�es, ou les d�placer, afin d'am�nager et exploiter la plateforme a�roportuaire ainsi que la desserte routi�re de l'a�roport, au m�pris, selon les opposants, de la r�glementation en vigueur en mati�re d'environnement.

Lors de l'audience, le rapporteur public - dont l'avis est g�n�ralement suivi par les juges administratifs - avait pr�conis� le rejet des 17 requ�tes �manant des principaux groupements d'opposants, mais aussi d'associations de protection de l'environnement, d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV) et de particuliers.

Le magistrat avait notamment estim� que les mesures de compensation �cologique � la destruction de cette zone humide � 98%, pr�vues dans le projet, ne portaient pas d'atteinte environnementale majeure.

Il avait �galement demand� le rejet de quatre recours visant � faire annuler un cinqui�me arr�t� pr�fectoral, qui d�clarait d'utilit� publique les travaux d'am�nagement et de s�curisation des voies existantes, autour du futur site.

Ces jugements constituent un nouveau revers pour les opposants, engag�s depuis le d�but des ann�es 2000 dans une intense bataille judiciaire, parall�lement � une occupation sur le terrain.

Les principales associations oppos�es au projet devaient se r�unir en d�but d'apr�s-midi � Nantes en commission juridique restreinte, avant de tenir une conf�rence de presse en milieu d'apr�s-midi.

Avec AFP