Notre-Dame-des-Landes: l'évacuation "devra évidemment se faire" (Valls)

17 octobre 2016 à 15h46 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

L'�vacuation de la zone occup�e par des opposants au projet controvers� d'a�roport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) "devra �videmment se faire" et les travaux commencer, a r�pondu lundi Manuel Valls � S�gol�ne Royal, tout en disant partager son souhait d'�viter toute violence.

Le projet de l'a�roport "a �t� approuv� par une large majorit� des habitants et des �lecteurs de Loire-Atlantique" et "il faut respecter le droit", a d�clar� le Premier ministre lors d'une visite au Salon international de l'Alimentation (Sial), en r�ponse � la ministre de l'Environnement qui a jug� dimanche qu'il valait mieux "arr�ter les frais".

"S�gol�ne Royal affiche une pr�occupation que je partage, qui est celle d'�viter toutes les violences (...) Mais moi comme chef du gouvernement, je dois faire respecter l'autorit� de l'Etat", a-t-il ajout�.

"Ce que je demande ce n'est pas qu'on ob�isse ou qu'on se conforme � la d�cision du Premier ministre mais qu'on respecte le vote des �lecteurs, c'est tout simplement �a qui fonde la d�mocratie, et je connais l'attachement de S�gol�ne Royal et � l'ordre juste et � la d�mocratie', a-t-il poursuivi.

"Donc maintenant, les choses doivent se faire, mais encore une fois, avec m�thode, avec la volont� d'�viter la violence", a insist� Manuel Valls, ajoutant que "l'�vacuation permettant les travaux avec m�thode, avec le temps n�cessaire, devra �videmment se faire, c'est �a tout simplement l'autorit� de l'Etat".

"Personne ne doit en douter, les travaux devront commencer, c'est pr�vu pas avant la fin 2017-2018", a martel� le Premier ministre.

La ministre de l'Environnement, qui avait d�j� propos� sans succ�s de ramener de deux � une piste le projet men� par le groupe Vinci, a de nouveau pris publiquement dimanche le contre-pied du Premier ministre, comme r�cemment sur le dossier des boues rouges, en appelant � abandonner le projet d'a�roport. Ce qui selon elle permettrait d'�vacuer les opposants "pacifiquement".

Manuel Valls avait assur� la semaine derni�re que l'�vacuation des occupants du site "se fera(it)" d�s "cet automne", malgr� les craintes de violences.

La cour administrative d'appel de Nantes examinera le 7 novembre les recours d�pos�s par les opposants au projet d'a�roport contre les arr�t�s pr�fectoraux autorisant les travaux.