Où en est le Limoges CSP, un an après le décès de Frédéric Forte ?

13 février 2019 à 14h17 par Rédaction Alouette

<p>Le veuve de l'ancien président souhaite reprendre les rênes du club</p>

ALOUETTE

Fr�d�ric Forte "reste l'incarnation" du CSP Limoges. Pr�s d'un an apr�s sa mort brutale � 47 ans, le club, encore traumatis�, se rel�ve d'autant plus difficilement qu'une guerre de succession s'est ouverte dans un contexte de r�sultats sportifs d�cevants.

"Il y a eu le drame personnel. C'�tait plus qu'un ami. Cette plaie ne se refermera jamais. C'est lourd au quotidien, surtout � Limoges, o� il est pr�sent partout. Il reste l'incarnation du club", explique Olivier Bourgain, directeur sportif et ami intime de Fr�d�ric Forte, disparu le 31 d�cembre 2017.

D�s janvier, une nouvelle direction a pris les affaires en mains. Mais la contestation est pr�gnante. A commencer par les supporteurs de Beaublanc, agac�s des r�sultats: 13e malgr� un budget de 7 M EUR.

Longtemps en retrait, C�line Forte, l'�pouse de l'embl�matique pr�sident, a dress� samedi "un �tat des lieux catastrophique" qui lui "fait peur", dans un entretien avec le quotidien Populaire du Centre, et a annonc� son intention de reprendre le club.

Mme Forte refuse le r�le de "sauveuse". Mais sa critique est virulente sur la direction � la gestion "despotique", qui ne "fait rien" alors que "d'autres clubs avancent"

Ses souhaits: "faire reverdir l'�me" du CSP ou encore utiliser "des hommes qui vivent, respirent et transpirent le CSP". St�phane Ostrowski, directeur commercial aujourd'hui mais "maltrait' pourrait �tre l'un d'eux. Il refuse tout entretien.

Le CSP s'appuie sur un actionnariat atypique. L'association CSP �lite d�tient 84,65 % des parts (3000/3544). Le reste (15,35%) se r�partit entre Mme Forte, son fr�re et son p�re.

Pour le clan de C�line Forte, un probl�me juridique se pose avec la pr�sence dans l'association de Youri Verieras, ex-directeur g�n�ral devenu pr�sident du directoire. Or son exclusion romprait l'�quilibre de CSP �lite.

"Personne n'a int�r�t � aller au tribunal. Il y aura des occasions pour r�gler le litige", temp�re Pierre Fargeaud, avocat de C�line Forte, qui veut trouver des solutions � l'amiable.

L'�pouse, agac�e d'avoir �t� "mise � l'�cart", veut prendre les commandes afin de se remettre "dans la continuit� de 2004". Forte a pass� 20 ans au CSP, 7 comme joueur jusqu'en 1997 et 13 comme pr�sident (2004-2017).

Histoire et l�gende

Le disparu laissait dire qu'il avait fait demi-tour sur la route des vacances en juillet 2004 en entendant � la radio que le CSP, qu'il avait men� sur le toit de l'Europe, d�posait le bilan, rel�gu� en nationale 3.

Forte ajoutait ainsi � sa l�gende n�e le soir du 15 avril 1993 � Ath�nes face � Tr�vise (Italie) en finale de l'Euroligue de basket sur une action: un ballon chip� au Croate Toni Kukoc pour le seul succ�s fran�ais dans cette �preuve (59-55). Une demi-seconde pour l'�ternit�.

Face � la charge, la direction assure poursuivre la route trac�e par Forte, en l'occurrence le "projet 3-0" pour permettre, selon le d�funt "de reprendre un temps d'avance". "Personnellement, je suis l� pour �a", insiste Youri Verieras, 29 ans.

Ce document de travail planifie tout: communication, billetterie, commercial, marketing ou encore formation. Et il donne quelques r�sultats: en commercial (+400.000 euros). Ou en formation avec Sekou Doumbouya, "annonc� haut" � la prochaine draft am�ricaine, selon les dirigeants limougeauds.

L'autre projet concerne Beaublanc, la salle historique du club. Un restaurant y a �t� ouvert et des �tudes sont en cours pour un agrandissement (6.500 ou 7000 places) et une "salle de d�charge" (pour l'entra�nement). Livraison d'ici "2 � 3 ans", estime l'adjointe aux Sports de la ville, Sylvie Rozette.

Enfin sur le parquet, le d�part de l'entra�neur Kyle Milling et l'arriv�e du meneur Jordan Taylor vont-ils suffire ? Pour le successeur et ex-assistant Fran�ois Perronnet, il ne faut pas lier au pass�: "60 % de l'effectif a chang'.

"Les erreurs de recrutement et les difficult�s sont les n�tres", assume-t-il. Le directeur sportif Olivier Bourgain est, lui, s�r que le CSP "va finir par montrer une belle image".

Avec AFP