Phoques décapités : le procès de deux pêcheurs ce lundi

13 janvier 2020 à 8h56 par Marie PIRIOU

Un patron-pêcheur et un marin doivent comparaître ce lundi devant le tribunal correctionnel de Quimper suite à l’affaire des phoques gris retrouvés décapités à Concarneau et Trégunc entre février et mars 2019.

ALOUETTE
Des phoques gris avaient été retrouvés décapités à Concarneau et Trégunc entre février et mars 2019.
Crédit: Archives

En février dernier, une tête de phoque découpée à l’aide d’un objet tranchant avait été découverte dans le port de Concarneau. Quelques semaines plus tard, les corps sans tête de phoques avaient été retrouvés sur deux plages, à Concarneau et Trégunc. Ces phoques avaient été pêchés accidentellement. Un appel à témoins avait été lancé. L’ONG Sea Shepherd France et la Société de protection animale de Cornouaille avaient porté plainte.

Deux ans de prison et 150.000 euros d’amende

Le marin qui va comparaître ce lundi devant le tribunal correctionnel de Quimper aurait reconnu avoir décapité deux phoques et avoir conservé les têtes pour les naturaliser, c’est-à-dire pour les empailler. Il risque deux ans de prison et 150.000 euros d’amende. Le patron-pêcheur est lui poursuivi pour ne pas avoir déclaré les pêches accidentelles de cette espèce protégée.