Sécurité renforcée pour les Fêtes maritimes de Brest et Les Vieilles Charrues

10 juillet 2016 à 8h59 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Cam�ras de surveillance et agents de s�curit� suppl�mentaires, fouilles au corps: les mesures de s�curit� ont �t� renforc�es dans le Finist�re � l'occasion des F�tes maritimes de Brest et du festival des Vieilles Charrues, o� sont attendues � partir de mercredi des centaines de milliers de personnes.

Pour la premi�re fois, le premier festival de musique de France, organis� chaque ann�e � Carhaix (Finist�re), et les F�tes maritimes internationales de Brest, qui ont lieu tous les quatre ans, se d�rouleront en m�me temps � quelque 80 km de distance.

Les Vieilles Charrues attendent plus de 270.000 personnes, un record pour cette 25e �dition, du 14 au 17 juillet, tandis que les F�tes maritimes s'appr�tent � accueillir un millier de navires d'une dizaine de pays et quelque 100.000 personnes par jour entre les 13 et 19 juillet.

Un afflux in�dit, qui vient s'ajouter aux touristes qui fr�quentent habituellement en p�riode estivale ce d�partement d'environ 900.000 habitants.

Pour faire face � ce rassemblement important de population et � la situation de catastrophe ou d'urgence sanitaire grave qu'engendrerait un "acte malveillant", huit personnels de la r�serve sanitaire vont venir renforcer, � compter de mercredi et pour une dur�e de sept jours, les h�pitaux de Brest et Carhaix, indique un r�cent d�cret publi� au Journal officiel.

 

- Un dispositif d'accueil renforc� -

C�t� organisateurs, ceux des Vieilles Charrues, o� sont attendus de grands noms tels que Pharrell Williams, Lana del Rey ou les Pixies, assurent que le dispositif mis en place pour l'accueil du public, "d�j� tr�s cons�quent les ann�es pr�c�dentes, a �t� renforc� suite au contexte actuel".

Parmi les nouvelles mesures mises en place: des fouilles en amont des acc�s aux entr�es, mais �galement au niveau des entr�es VIP, professionnels et m�dias, en plus de celles habituellement r�alis�es aux entr�es du public, la suppression des consignes sur place ou l'installation d'un dispositif de vid�o-protection aux entr�es.

Au total, plus de 700 agents seront charg�s de la s�curit� sur le site, une vaste plaine aux abords de Carhaix. S'ajoutent quelque 250 secouristes et un poste m�dical compos� de plus de 50 personnes, dont des m�decins urgentistes, des infirmiers ou des pharmaciens.

 

- S�curit� consolid�e sur terre et sur mer -

 

C�t� F�tes maritimes, quelque 120 agents de s�curit� et de s�ret� seront op�rationnels chaque jour sur le site, ouvert au public de 10H00 � 01H00. Sur l'eau, ce sont quelque 40 embarcations qui seront charg�es de la s�curit� et de l'acc�s au site qui s'�tend du port de commerce jusqu'� l'entr�e du port militaire.

Le dispositif de vid�o-protection sera �galement plus important que lors de la pr�c�dente �dition et des �quipes m�dicales seront d�ploy�es sur l'ensemble du site avec la mise en place de plusieurs postes de secours.

"Les mesures sont renforc�es suite � tous les �v�nements qu'on a rencontr�s depuis la fin de l'ann�e derni�re", assure Ren� Calloch, responsable de la s�curit� pour les F�tes maritimes. Le dispositif mis en place � l'occasion de cette 7e �dition est "� peu pr�s 20% plus important que lors de la derni�re manifestation", pr�cise-t-il, assurant que "le m�me type de dispositif que l'on a au niveau de l'Euro de football sera mis en place".

Ces mesures s'ajoutent � celles mises en place par la pr�fecture maritime de l'Atlantique au niveau du plan d'eau et de la rade de Brest. "Les moyens sont renforc�s", indique le capitaine de fr�gate Louis-Xavier Renaux, porte-parole de la pr�fecture maritime.

"Tous nos moyens militaires ont pr�par� une organisation pour �tre capables de surveiller, se renseigner et r�agir si jamais il y avait des intentions malveillantes", souligne-t-il, assurant ne pas pouvoir en dire davantage sur le dispositif mis en place, pour des raisons de s�curit�.

M�me son de cloche du c�t� de la pr�fecture du Finist�re, qui indique que "des mesures appropri�es ont �t� prises, renforc�es par rapport aux pr�c�dentes �ditions", mais sans les d�tailler "pour des raisons de confidentialit� op�rationnelle".

sf/gvy/liv

(AFP)