Sports : le triathlon français se relance à Châteauroux

21 août 2020 à 7h53 par Bastien Bougeard

Pour la première fois depuis le mois de mars, la fédération française de Triathlon organise une compétition et ça se passe à Châteauroux. Un protocole sanitaire imposant est tout de même mis en place.

ALOUETTE
Crédit: Pixabay

Après deux étapes annulées, la fédération française de triathlon peut enfin lancer ce samedi 22 août la saison pour le Grand Prix de triathlon et la deuxième division. Un lancement qui va avoir lieu à Châteauroux.

Les meilleurs triathlètes français à Châteauroux

Ça n’est que du sport, oui. Mais l’envie de reprendre est là. « Mon ressenti, c’est que les coureurs ont faim de compétition. Ils ont faim de se retrouver. Ils ont faim de reprendre une vie un peu comme avant » souligne Xavier Bérenger, président du Triathlon club Châteauroux 36 (TCC 36) l’organisateur de l’événement. Pour une reprise, le club va accueillir les têtes d’affiches du triathlon français mais aussi international. Javier Gomez, multiple champion d’Europe et du Monde, médaillé d’argent aux Jeux olympiques de Londres en 2012. En somme, une affiche rêve à Belle-Isle avec un départ sur la plage et 750 mètres de natation, 20 kilomètres à vélo et 5 kilomètres de course à pied avec une arrivée devant le boulodrome. 

Tests sérologiques et masques sur le podium

Une affiche de rêve, qui ne fait pas pour autant oublier le contexte sanitaire pesant de ces derniers jours. Les athlètes comme les spectateurs sont soumis à un protocole sanitaire. « Tous les athlètes doivent nous présenter un test sérologique avant de prendre le départ, détaille Xavier Bérenger. Ensuite, nous faisons respecter les distances entre les athlètes au départ de la plage de Belle-Isle ». Le masque sera également obligatoire dans les bâtiments, dans certaines zones extérieures comme la buvette ou la zone d’arrivée. Enfin, les athlètes médaillés devront également porter un masque. Des mesures oui, mais les organisateurs ont dû faire face à l’inquiétude de certains riverains du quartier. Réponse de Xavier Bérenger : « Ce protocole a été validé par la préfecture. Nous avons mis toutes les chances de notre côté pour que l’épreuve se passe dans les meilleures conditions. Mais je ne peux garantir le risque zéro ».