Thomas Maindron : "Le festival de Poupet est sauvé"

21 mai 2021 à 7h23 par Antoine Judit

Thomas Maindron, directeur du festival de Poupet, se réjouit de pouvoir accueillir à nouveau du public dans le Théâtre de Verdure. Même si les mesures sanitaires seront strictes, 5 000 personnes pourront se réunir dans la Vallée de Poupet. La programmation reste quant à elle assez similaire à celle qui était envisagée l'année dernière. Vianney, Jean-Louis Aubert ou encore Boulevard des Airs viendront remplacer les annulations ou reports de Sting, Yannick Noah ou des Black Eyed Peas.

ALOUETTE
Crédit: Benoit Chevrier

Le festival Vendéen se tiendra du 1er au 17 juillet, après avoir été annulé l'année dernière. La 34e édition ne sera pas comme les autres mais qu'importe, Thomas Maindron est heureux et soulagé de voir le Théâtre de Verdure à nouveau animé.

Cette annonce de la programmation, c’est un soulagement pour toute l’équipe du festival/? 

Oui, c’est un vrai soulagement parce qu’il y a quelques jours encore, on pensait qu’on allait devoir jeter l’éponge pour la deuxième année de suite ce qui aurait été vraiment dur pour tous les bénévoles et pour toute l’organisation. On a eu peur jusqu’au bout, jusqu’aux dernières annonces gouvernementales. Là, le fait de pouvoir organiser des choses et d’imaginer que des festivaliers vont venir voir des concerts à Poupet, on est juste surexcité. On l’attendait et ça y est. C’est parti et on est à fond/! 

Vous n’avez pas trop modifié la programmation par rapport à celle qui était prévue initialement/? 

Oui, l’idée était de reporter la programmation de 2020 à cette année. Certains artistes nous ont fait faux bond malheureusement mais malgré eux. Globalement, on a les deux tiers des artistes de la programmation 2020 qui sont maintenus cette année. Les festivaliers qui avaient déjà leurs billets l’année dernière vont donc pouvoir venir cette année. Et pour faire face à certaines annulations, celle de Sting notamment, qui n’est pas une annulation d’ailleurs mais un report en 2022, il a fallu trouver des têtes d’affiche pour les remplacer. C’est chose faite et on est très satisfait de pouvoir annoncer cette année des artistes comme Vianney, Jean-Louis Aubert, Grand Corps Malade, Boulevard des Airs, Pomme… Il y en a plein/! On est vraiment content de l’affiche qu’on a dévoilée ce jeudi.

 

Les artistes ont envie de remonter sur scène/? 

Oui, ils ont tous envie de remonter sur scène. Et on est impatients de les accueillir. Ces artistes ont maintenu leurs tournées et on a donc pu les annoncer aujourd’hui. 

Quelle sera la configuration du festival cette année/? 

Ce sera 5/000 personnes assises et on ne peut pas en mettre plus de toute façon dans la Vallée de Poupet. 5/000 personnes, c’est le format qu’on a l’habitude de défendre et que les festivaliers aiment aussi. Ce côté un petit peu intimiste. Ça nous va très bien, à la différence près que le Théâtre de Verdure, qui est notre marque de fabrique, sera mis de côté le temps d’une année. On va aller juste derrière lui dans la prairie pour monter un Zénith de plein air où l’on va installer une grande scène. Il y aura une grande ambiance et j’espère que les festivaliers y retrouveront leurs petites habitudes. 

Vous n’exigerez pas un pass sanitaire aux festivaliers à l’entrée du festival/? 

Si on n’a pas le choix, on le fera. C’est toujours en discussion et on attend encore des précisions par rapport ça. De toute façon, on est déterminés à maintenir le festival cette année coûte que coûte. En tout cas, le festival est prêt à le faire s’il faut le faire. 

On peut dire aujourd’hui que le festival de Poupet est sauvé/? 

Oui, le festival est sauvé. On aurait pu imaginer une année blanche de plus mais on voit bien que quand on s’éloigne des festivaliers, des bénévoles et des partenaires, au bout d’un moment, c’est dur de continuer à se motiver tous autant qu’on est. C’était vraiment très important de pouvoir proposer quelque chose cette année/! Même s’il a fallu patienter, attendre et s’adapter. Le dernier mois et demi sera une course pour y arriver. Mais on va y arriver parce qu’on est motivés et parce qu’on adore ça. 

(Entretien retranscrit par Mikaël Le Gac)