Thomas Pesquet s'apprête à se lancer dans le vide spatial

16 juin 2021 à 9h35 par Léanne Coste

L’astronaute Thomas Pesquet est fin prêt à s’aventurer dans le vide spatial avec Shane Kimbrough. Sa mission consistera à installer des panneaux solaires.

ALOUETTE
C'est l'heure du grand saut pour Thomas Pesquet et Shane Kimbrough !
Crédit: Capture d'écran | Twitter @Thom_astro

Plus que quelques heures pour Thomas Pesquet avant de plonger tête baissée dans l’espace !

Il effectuera ce mercredi après-midi sa toute première EVA (sortie extra-véhiculaire) pour la mission Alpha. Une expérience incroyable qu’il partagera avec l’astronaute américain Shane Kimbrough. Les deux coéquipiers seront pendant plus de six heures en apesanteur à 400 km au-dessus de la Terre, accrochés à la Station spatiale internationale (ISS). L'objectif de cette opération ? Installer un tout nouveau panneau solaire. Une autre sortie aura lieu dimanche prochain pour en installer un deuxième.

Une expérience inédite et complexe 

Une sortie dans le vide, cela ne s'improvise pas. Il aura fallu à Thomas Pesquet des mois de préparation intensive. Chaque séance d'entraînement s'apparente à six heures dans un scaphandre, la tête sous l'eau, avec une maquette de la station grandeur nature. "Il y a une appréhension, ce sont des années de boulot pour des centaines de personnes, on n'a pas envie de faire une erreur et de casser un équipement qui a coûté un million de dollars", a confié Thomas Pesquet. 

La journée sera très éprouvante pour les deux astronautes. "Une EVA revient à courir un 100 mètres sur la durée d'un marathon", explique Hervé Stevenin, chargé de l'entraînement des sorties pour l'Agence spatiale européenne (ESA). 

Une mission à haut risque ? 

Tomber dans le vide, c’est possible ? L’expert rassure sur le fait qu’il n’y a aucun danger puisqu’une “triple sécurité” est installée afin de rallier les astronautes à la Station. De quoi empêcher le scénario de Gravity de réellement se produire. Hervé Stevenin ajoute cependant que des incidents gênants peuvent survenir tels que la perte d’étanchéité du scaphandre en cas d’impact avec une micrométéorite. Le système de refroidissement peut également s’écouler dans le système de ventilation, créant ainsi une bulle d’eau pouvant noyer l’astronaute

Pour autant, Thomas Pesquet n’a pas “l’impression de risquer sa vie en permanence”. “C'est vraiment le rêve dans le rêve, c'est l'expérience ultime, on devient soi-même un vaisseau spatial", décrit le Français.

(Avec AFP)