Touraine : l’affaire Mounia Haddad devant la cour d’appel

8 octobre 2019 à 3h00 par Bastien Bougeard

Le père, des oncles et le frère de Mounia Haddad, élue au conseil département d’Indre-et-Loire, comparaissent à partir du 8 octobre devant la cour d’appel d’Orléans. Ils sont accusés d’avoir enlevé et séquestré la jeune femme en 2018.

ALOUETTE
Des peines de prisons avaient été prononcées à l'encontre de quatre membres de la famille de Mounia
Crédit: Alouette

Cette affaire avait fait la une des médias locaux au cœur de l’été 2018. Le 19 juillet, Mounia Haddad, conseillère départementale La République en marche et conseillère municipale d’opposition, était retrouvée par les forces de l’ordre dans l’appartement de sa famille à Saint-Pierre-des-Corps. Elle avait été enlevée par son père et ses oncles à Mandelieu-la-Napoule (Alpes-Maritimes) quelques jours plus tôt.

Affaire jugée en appel

En novembre 2018, les suspects étaient jugés par le tribunal correctionnel de Tours. Des peines de prison étaient prononcées à l’encontre du père : quatre ans de prison dont 18 mois avec sursis. Deux des oncles de Mounia Haddad écopent 3 ans de prison dont 10 et 12 mois avec sursis pour enlèvement et séquestration. Enfin, le petit frère de Mounia Haddad est condamné à 10 mois de prison pour menaces de mort. Les quatre hommes ont fait appel et le procès débute aujourd’hui devant la cour d’appel d’Orléans. La petite sœur de l’élue a été aussi condamnée en février 2019 à 4 mois de prison pour avoir facilité la localisation de Mounia Haddad en interrogeant ses comptes bancaires. Une condamnation pour violation du secret bancaire, car c’est l’employeur de la sœur de l’élue qui s’est porté partie civile, ce qui n’était pas le cas de Mounia Haddad.

Impossible de sortir seule

L’élue habite aujourd’hui avec son compagnon dans le sud de la France. Mounia Haddad revient régulièrement en Touraine pour occuper son poste d’élue au conseil départemental nous apprend le quotidien La Nouvelle République. Selon le journal, Mounia Haddad n’a d’ailleurs toujours pas repris le travail et ne peut pas sortir sans son mari. Avant l’ouverture de ce procès en appel, l’élue « espère obtenir des réponses claires ». Mounia Haddad ne sera pas présente, elle sera représentée par son avocat.