Un 5ème cas de grippe aviaire détecté en Deux-Sèvres

27 avril 2017 à 16h15 par Rédaction Alouette

ALOUETTE

Le communiqu� :  en Deux-S�vres : un cinqui�me cas faiblement pathog�ne

Un cinqui�me cas d?influenza aviaire faiblement pathog�ne a �t� rep�r� et trait� dans le d�partement des Deux-S�vres.

Les r�sultats d?analyses men�es dans un �levage de canards situ� sur la commune de Courlay ont mis en �vidence la pr�sence du virus de l?influenza aviaire H5 faiblement pathog�ne. Les pr�l�vements ont �t� r�alis�s dans cette exploitation car elle est en lien avec une exploitation d�clar�e infect�e (�change de canetons).

Ces r�sultats mettent en �vidence la n�cessit� de ne pas � baisser la garde � et de continuer � lutter contre la maladie. Il est donc primordial de poursuivre la mise en ?uvre des mesures de bios�curit� dans l?ensemble des �levages du d�partement et au cours des transports.

Comme le pr�voient les instructions du minist�re de l?agriculture, les 700 canards et 2 000 canetons de l?exploitation ont �t� euthanasi�s et l?�levage a d�j� fait l?objet d?une premi�re d�sinfection.

Une zone r�glement�e de 1 kilom�tre autour de l?�levage infect� a �t� d�finie. Les �levages avicoles, au nombre de 7, situ�s dans ce p�rim�tre sont soumis � des restrictions de mouvements d?animaux et de produits issus de ces exploitations. Ces mouvements ne peuvent �tre autoris�s qu?apr�s accord du Directeur D�partemental de la Protection des Population et de la Coh�sion Sociale.

Cette zone va �tre surveill�e : des visites v�t�rinaires ainsi que des pr�l�vements pour analyses vont �tre r�alis�s sur les volailles des �leveurs de la zone. Si tous les r�sultats sont favorables la zone pourra �tre lev�e au plus t�t dans 21 jours.

Il est rappel� enfin � tous les acteurs, notamment les v�t�rinaires, les �leveurs, les chasseurs, les propri�taires particuliers de basse-cour et les autres d�tenteurs d?oiseaux de rester vigilant afin d?�viter la propagation du virus. Les mesures de bios�curit� doivent �tre imp�rativement respect�es et toute mortalit� suspecte d?oiseaux doit �tre signal�e � la Direction d�partementale de la coh�sion sociale et de la protection des populations (DDCSPP).