Un plan Orsec en Vendée

2 octobre 2020 à 6h55 par Denis Le Bars

Un exercice de grande ampleur est programmé pour le mardi 6 octobre au large des Sables d'Olonne. Un important dispositif matériel et humain sera déployé par la préfecture maritime de l’atlantique, en lien avec la préfecture de la Vendée.

ALOUETTE
Crédit: Préfecture Maritime de l'Atlantique

Cet exercice a été baptisé « Vendée 2020 ».  Il s’agit selon la préfecture maritime d’un « sauvetage en mer et assistance à un navire en difficulté ».  Il comprend un volet maritime, avec un dispositif de secours à naufragés, et un volet terrestre, avec un dispositif d’accueil des victimes à quai.

Le scénario

Le scénario prévoit le déclenchement d’un incendie à bord du Pont d’Yeu le navire à passager de 46 mètres utilisé depuis 2005 pour les liaisons maritimes entre l’île d’Yeu et la Barre-de-Monts. Cet accident survient alors que le navire est situé à 8 milles nautiques du port des Sables d'Olonne, soit environ 15 kilomètres. Les passagers doivent être évacués par moyens maritimes et par hélicoptère vers un point d’accueil situé dans le port des Sables d'Olonne.

150 personnes engagées

Le Pont d’Yeu peut accueillir jusqu’à 430 passagers et 8 membres d’équipage. Pour cet exercice, le navire embarquera 60 personnes, la plupart issus de l’école des formations maritimes des Sables d'Olonne. Ils joueront le rôle de naufragés. Ajoutons les nombreux personnels ou bénévoles de la marine nationale, de la SNSM et de la sécurité civile.

Des bateaux et des hélicoptères

D’importants moyens matériels sont donc mobilisés : 5 vedettes et canots de la SNSM. Le Miniplon et le Maxiplon es navires-supports de la société olonnaise Atlantic Scaphandre. L’un sera destiné à la récupération des passagers, l’autres au remorquage du Pont d’Yeu. La gendarmerie maritime de son côté va mobiliser la vedette P 605 Vertonne chargé de la surveillance des côtes entre l’estuaire de la Gironde et le Golfe du Morbihan. Dans les airs, pas moins de quatre hélicoptères ! Leur mission consistera notamment à transporter des pompiers, médecins et infirmiers à bord du Pont d’Yeu.