Un veau (en résine) pris en otage en Haute-Vienne

26 février 2021 à 9h40 par Thierry Matonnat

En marge des négociations commerciales annuelles avec la grande distribution, la Confédération Paysanne de la Haute-Vienne a « kidnappé » un veau en résine servant de décor aux abords de l’enseigne Carrefour au sud de Limoges. Dans un communiqué, le syndicat agricole dénonce l'« agriwashing » pratiqué par l'enseigne.

ALOUETTE
Un veau en résine retenu par l'organisation agricole
Crédit: Confédération Paysanne Haute-Vienne

Les actions des organisations agricoles se multiplient dans toute la France alors que les négociations commerciales annuelles entrent dans leur phase finale entre la grande distribution et les industriels de l’agroalimentaire.  

« ils se servent de notre image »

La Confédération paysanne de Haute Vienne a décidé de mener une action de communication symbolique alors que le bras de fer se poursuit entre industriels de l’agroalimentaire et la grande distribution.

Ce matin, le syndicat agricole a pris pour cible un élément du décor choisi par l’enseigne Carrefour à Limoges à l’entrée de la zone commerciale de Boisseuil : un troupeau de vaches Limousines qui symbolise l’ancrage local pour l’enseigne. Un détournement pour la Confédération Paysanne qui a choisi de prendre en otage un des veaux de ce décor.

Stop à l'agriwashing

Le syndicat agricole explique son action dans un communiqué : « Pour nous, paysannes et paysans de la Confédération paysanne ces veaux et vaches incarnent l’agriwashing de la Grande distribution. Ils se servent de notre image et de la qualité de notre travail pour se présenter sous leur meilleur jour aux consommateur.trice.s, alors qu’ils contribuent à notre disparition. Nous souhaitons dénoncer l’absence de relations horizontales dans les négociations commerciales que nous avons avec eux et cela malgré les promesses de la Loi EGalim, votée il y a plus de deux ans déjà. Nous libérerons ce veau le jour où la régulation des marges associée à la construction du prix de vente à partir des coûts de production sera effectivement mise en place et appliquée par la Grande Distribution afin que les agriculteur.trice.s et les consommateur.trice.s s’y retrouvent. Notre combat pour une vraie rémunération est juste et il concerne tous les paysans et paysannes de Haute-Vienne ! »

La Confédération Paysanne, non sans humour, précise qu’elle « libérera le veau en résine contre le respect sans condition de la Loi EGalim ; si rien ne change nous le lâcherons au milieu d’un troupeau ».

Dans le même temps, la Confédération Paysanne, les Jeunes Agriculteurs et la FDSEA de Haute-Vienne mènent ce matin une mobilisation avec des tracteurs sur l’agglomération de Limoges.