Une zad inaugurée sur l'île d'Oléron

22 avril 2018 à 5h59 par Rédaction Alouette

<p><span style="color:#000000"><span style="font-size:14px"><span style="font-family:arial,helvetica,sans-serif">MacDol contre MacDo : A Dolus d'Oléron, sur l'île d'Oléron, où le maire refuse l'implantation de l'enseigne américaine de restauration rapide, quelque 200 personnes ont inauguré samedi une ZAD inédite, une Zone d'alimentation durable.</span></span></span></p>

ALOUETTE

"MacDol contre MacDo : A Dolus d'Ol�ron, sur l'�le d'Ol�ron, o� le maire refuse l'implantation de l'enseigne am�ricaine de restauration rapide, quelque 200 personnes ont inaugur� samedi une ZAD in�dite, une Zone d'alimentation durable.

"MacDo No on Ol�ron" r�sume une affichette � l'entr�e de la Cailleti�re, ancien domaine agricole de 4 hectares, longtemps vaincu par les ronces, et que la mairie et des b�n�voles ont transform� en "laboratoire � ciel ouvert" des nouvelles pratiques de l'alimentation durable.

"Face � MacDo, nous ne voulions pas rester sur la d�fensive, nous voulions cr�er une alternative", r�sume Gr�gory Gendre, le maire de Dolus (3.200 habitants), dans un nouveau pied de nez � la multinationale avec laquelle il a entam� un bras de fer en 2014.

Stands proposant des hu�tres naturelles, anguille persill�e ou vins locaux, ateliers de cuisine, conf�rences : l'ambiance se veut bon enfant pour la premi�re manifestation du projet, coordonn� par le Mouvement pour une alimentation citoyenne sur Dolus d'Ol�ron (MacDol) et soutenu par le syndicat agricole de la Conf�d�ration paysanne.

"L'endroit est g�nial, un super lieu de rencontre et de partage", s'enflamme Emilie, 24 ans.

"L� o� McDonald's est fort, c'est qu'on peut y squatter tout le temps qu'on veut sans consommer, avec du wifi", reconna�t Gr�gory Gendre. A la Cailleti�re, il a donc fait installer le wifi, pr�voit une cantine associative et un skate-park. Sans compter � terme des champs en "culture biologique", une "couveuse agricole"...

En quelques ann�es, son conflit avec la multinationale est devenu "symbolique", d�passant le cas de Dolus, commune du centre de l'�le d'Ol�ron (22.000 habitants).

Tout commence en 2014 lorsque la liste emmen�e par Gr�gory Gendre, alors 36 ans, fondateur de "Roule ma frite", entreprise recyclant les huiles de friture en carburant, emporte l'�lection municipale � la surprise de tous.

A l'�poque, le projet de construction d'un MacDo divise d�j� les habitants et le jeune candidat en a fait un argument de campagne contre la municipalit� sortante, favorable � cette implantation dans une petite zone commerciale.

La nouvelle municipalit� refuse � trois reprises la demande de permis de construire d�pos�e par McDonald's France. La multinationale et le propri�taire du terrain, Philippe Villa, ex-maire adjoint et d�sormais �lu d'opposition, en appellent � la justice administrative.

"Cow-boy" 

En septembre 2017, le tribunal de Poitiers impose � la mairie d'accorder le permis et la contraint � payer "300 euros par jour de retard". Pas question pour Gr�gory Gendre : la mairie fait appel et des collectes sont organis�es pour payer l'astreinte, ayant pour l'heure r�colt� 32.000 euros, selon l'�dile.

Depuis, l'atmosph�re dans la commune s'est tendue, ces "astreintes" financi�res inqui�tant une partie des habitants.

A une p�tition contre le projet ayant recueilli 3.600 signatures, r�pond un collectif favorable � l'installation du restaurant, qui r�unit 2.000 membres sur Facebook...

D'un c�t�, on d�fend "un v�ritable choix de soci�t' pour "le bio et les circuits courts" et contre "des mod�les de franchise sans aucun lien avec les territoires". De l'autre, on met en avant les "40 CDI et 30 CDD qui ne se refusent pas".

En f�vrier, un "projectile" vise une fen�tre chez Philippe Villa. D�but avril, des graffiti "Estocade d'Ol�ron", "ZAD vaincra", sont tagu�s sur un mur du domicile d'un membre de sa famille. Deux plaintes sont d�pos�es.

"On n'a rien contre un projet alternatif, mais on refuse que, pour des convictions personnelles, le maire emp�che les gens d'avoir acc�s � un commerce quel qu'il soit", explique � l'AFP Marc, membre du collectif pro-MacDo. "C'est du g�chis d'argent des contribuables", d�plore ce graphiste de 51 ans qui critique un maire agissant comme un "cow-boy dans son village".

L'audience devant la cour d'appel administrative de Bordeaux est attendue mi-juillet. Si la justice autorise MacDo � s'implanter sur l'�le d'Ol�ron, les habitants auront un choix in�dit : MacDo ou MacDol.

Avec AFP